Les collèges publics prêts pour la rentrée

Collèges

Cet été, le Département a investi plus de 6 millions d’euros pour améliorer l’accueil des 12 500 collégiens des 28 établissements publics. Il profite aussi de la rentrée scolaire pour lancer son plan e-collège qui dote les collèges d’outils informatiques performants et de connexion Internet optimale. Autres nouveautés : la baisse du prix du repas de 15 % cette année et le chèque asso. Objectif : redonner du pouvoir d’achat aux familles.

Publié il y a 3 semaines

Construction d'une classe supplémentaire au collège Théophile de Viau.

4,5 millions d'euros de travaux réalisés cet été

Pour hisser le Lot-et-Garonne dans le peloton de tête en matière de réussite éducative, le Conseil départemental a bâti un « Plan collèges » doté de 77 millions d’euros sur 6 ans. D’ici fin 2021, le Département aura ainsi déjà investi 20 millions d’euros au titre du Plan collèges et mobilisera encore 10 millions d’euros sur l’année 2022.

1,2 million d'euros de dotations en mobilier et matériel

Le Conseil départemental dote, chaque année, l’ensemble des collèges publics en équipements et mobiliers pédagogiques, scolaires, techniques et de cuisine.

Pour cette rentrée, 1,2 M€ ont été consacrés à l’achat de mobilier et matériel,  notamment pour :

  • renouveler les mobiliers des salles de classes et le mobilier de restauration scolaire,
  • poursuivre le remplacement ou l’acquisition d’équipements de cuisine,
  • renouveler les casiers des élèves et les vestiaires des agents,
  • remplacer les matériels de nettoyage des locaux.

540 000 euros pour le lancement du plan "e-college"

Cette rentrée est aussi la première à voir la mise en œuvre du « Plan e-collège » proposé aux Lot-et-Garonnais par la majorité départementale lors du renouvellement du mois de juin dernier. Plus de 500 000 euros y sont consacrés dès 2021, première étape d’un déploiement sur les 3 années à venir.

Prolongement du renfort de 11 agents supplémentaires pour faire face aux contraintes sanitaires

Désinfection des locaux, respect des règles sanitaires, mise en place des protocoles particuliers sur les temps de restauration… les contraintes sanitaires restent malheureusement d’actualité en cette rentrée. Pour y faire face et assurer la plus grande sécurité des élèves, le Conseil départemental a décidé de renouvelé le renfort en personnel dans 11 établissements le nécessitant par l’affectation d’un agent ATTEE supplémentaire dans chacun d’entre eux : Tonneins, Agen (Jasmin, Ducos, Dangla), Castelmoron, Casseneuil, Castillonnès, Casteljaloux, Lavardac, Sainte-Livrade, Le Passage.

La baisse du prix des repas

C’était un engagement programmatique fort en faveur du pouvoir d’achat des familles lot-et-garonnaises. La baisse du tarif de la restauration scolaire dans les 24 collèges publics entrera en vigueur dès la rentrée de septembre. Comme annoncé, cette baisse de 30 % du prix du repas, s’opérera en 2 temps :

  • Une première réduction de 15 % dès la rentrée de septembre 2021,
  • Une seconde, à nouveau de 15 %, à la rentrée de septembre 2022.

Cela se traduira par une économie de 60 à 66 € par collégien demi-pensionnaire ou interne pour l’année scolaire 2021-2022, économie portée entre 120 et 132 € à compter de la rentrée scolaire 2022. La mesure concernera plus de 8600 collégiens dès cette rentrée.
Ainsi, le prix unitaire du repas n’excédera pas 2 €, dans le cadre des forfaits existants. Le Département met en place cette mesure en s’étant assuré que la baisse du prix facturé soit compatible avec le haut niveau de qualité atteint depuis plusieurs années grâce au programme « Du 47 dans nos assiettes ».

Le "chèque asso" de 50 € pour les collégiens boursiers

Cette mesure, destinée aux élèves boursiers (tous les boursiers des collèges publics et privés ; les élèves de 4ème et 3ème des Maisons familiales rurales), vise à la fois à soulager financièrement les familles et à soutenir le tissu associatif fortement touché par la pandémie.

Au total, ce sont potentiellement 4 900 jeunes lot-et-garonnais qui pourraient bénéficier du dispositif ainsi que 600 à 800 structures associatives ou publiques sportives, culturelles ou de loisirs (musique, danse, théâtre, arts plastiques…).