Portrait de femme : #1 Damira Asperti

Archives

Du 8 août 2020 au 8 mars 2021, nous vous amenons sur les traces de femmes lot-et-garonnaises qui ont marqué l’histoire de notre Département. Tous les mois, partez à la rencontre de ces femmes résistantes, engagées et citoyennes, de ces femmes inspirantes.
Nous débutons notre série avec Damira Titonel-Asperti.

« La solidarité, c’est la seule chose qui pouvait nous empêcher de mourir.»

Damira Titonel-Asperti (1923-2011) a fui avec sa famille l’Italie fasciste. Dès novembre 1943, elle s’engage dans la Résistance au sein de la 35e brigade et commence à transporter tracts, écrits clandestins et armes pour les opérations de guérilla. Au printemps 1944 elle se fait arrêter en gare de Toulouse Matabiau. Détenue, torturée cinq mois en prison, elle ne parle pas. Le 24 juillet 1944 elle est déportée à Ravensbrück dont elle sera libérée le 3 mai 1945. Jusqu’à son dernier souffle elle combattra les idées totalitaires et témoignera pour que l’horreur ne se renouvelle pas. Chevalier de la légion d’honneur, elle a notamment donné son nom au collège de Penne d’Agenais.