Le Département accompagne les collégiens vers la réussite

Collèges

Axée principalement sur les collèges publics -qui relèvent de sa compétence-, tant dans le domaine des travaux et équipements qu’en ce qui concerne les moyens alloués à leur fonctionnement, la politique éducative du Conseil départemental se veut transversale pour accompagner les établissements et offrir ainsi aux collégiens les meilleures conditions de réussite.

Publié il y a 2 semaines

Dernière mise à jour le 11 septembre 2020

La rentrée 2020 au plan départemental

Cette année, quelque 12 500 collégiens ont fait leur rentrée dans les 28 collèges publics de Lot-et-Garonne (15 500 en ajoutant ceux des collèges privés).

  • La totalité des 264 agents départements chargés de l’accueil, de l’entretien, de la maintenance et de la restauration sont à nouveau à pied d’œuvre depuis le 24 août pour préparer cette rentrée. Comme durant le confinement pour les personnels « essentiels à vie de la Nation » puis lors de la reprise progressive des cours avant l’été, ces agents sont mobilisés pour assurer les meilleures conditions d’accueil possibles, dans le strict respect des règles sanitaires en vigueur.
  • Le Conseil départemental a mis à disposition des masques dans chaque collège (public et privé) pour tous les collégiens qui en seraient dépourvus : soit un stock de 14 000 masques répartis dans les établissements, venant s’ajouter aux 30 000 masques distribués au lendemain du confinement dans un contexte de pénurie nationale, avec un réapprovisionnement prévu au besoin.
  • Les collèges publics de Lot-et-Garonne recevront une dotation en matériel et mobilier pour un montant global de 390 000 euros.
  • Des dotations financières pour « petits travaux » sont également prévues ainsi que 2 équipes mobiles pouvant assurer des interventions de maintenance.
  • 500 000 euros sont mobilisés pour soutenir le numérique éducatif, dont l’enjeu s’est révélé majeur depuis le début la crise du COVID, laquelle  impose de redéfinir les modalités d’accompagnement (matériels et solutions logiciels éducatifs).
  • Le soutien des collèges candidats à l’expérimentation de la plateforme Pearltrees (entreprise française) dédiée aux usages éducatifs en ligne, par la prise en charge de l’abonnement des élèves.
  • Le Département accompagne aussi les établissements à travers la Convention éducative - pdf (9mo) : 250 000 € pour soutenir les 4 parcours, en lien avec les acteurs locaux : avenir, éducation artistique et culturelle, citoyenneté, santé.
  • Tarif restauration : pour la 4ème année consécutive le tarif demandé aux familles est inchangé, et ce malgré une qualité sans cesse améliorée et reconnue par l’ensemble des usagers (lire infra).

Plan collèges 2020 - 2025 : les travaux avancent malgré la crise sanitaire

Depuis 2008, le Département a engagé d’importants moyens pour moderniser nos collèges, de la construction du collège Joseph Kessel à Monflanquin à la restructuration de Jean Moulin à Marmande en passant par le 8ème programme (2012-2020) qui a concerné 17 collèges sur 24.

Pour anticiper sur les besoins à venir, amplifier le travail engagé et hisser le Lot-et-Garonne dans le peloton de tête en matière de réussite éducative, le Conseil départemental a bâti un « Plan collèges » doté de 77 millions d’euros sur 6 ans :

  • des adaptations importantes conduisant à 5 projets de restructuration, mobilisant 22,7 M€. Sont concernés les collèges Joseph Chaumié à Agen, Jean Delmas de Grammont à Port Sainte Marie, la Cité Scolaire Val de Garonne à Marmande, Jean Rostand à Casteljaloux et Daniel Castaing au Mas d’Agenais ;
  • des adaptations ciblées dans 21 collèges, mobilisant 45,8 M€ ;
  • des dotations en équipements mobiliers, informatiques et de restauration, mobilisant 8,1 M€.

La période de confinement et la mise en œuvre des mesures barrières ont eu pour incidence un glissement de certains travaux initialement prévus pour la période estivale mais ceux programmés en 2020 seront bien effectués sur la fin de l’année.

Les travaux réalisés d’ici fin 2020 sont de l’ordre de 10 millions d’euros. Par ailleurs, les études sur les projets de restructurations lourdes sont achevées et permettront un démarrage des travaux en 2021, portant l’investissement du Département sur ces deux années à plus de 20 millions d’euros.

Du 47 dans les assiettes des collégiens : un programme toujours à la pointe

Cette initiative bénéficie au quotidien à quelque 10 000 collégiens répartis dans les collèges publics gérés par le Département (soit 1 450 000 repas servis chaque année), grâce à l’implication des équipes de cuisine et des acteurs des filières agricoles et agroalimentaires.

« Du 47 dans nos assiettes » a été primé Territoria d’Argent* en décembre 2018 et a reçu le Trophée Eco Actions** en mars 2019, pour les résultats obtenus en faveur du développement des circuits courts et de proximité en restauration collective dans le cadre de la mise en place d’un groupement départemental de commandes alimentaires et d’un travail de lutte contre le gaspillage alimentaire.

Aujourd’hui, 100 % des produits frais servis aux collégiens proviennent du Lot-et-Garonne ou des départements limitrophes. Une performance d’autant plus notable que la totalité des produits frais servis représentent 80 %.

Piloté par le Département lui-même, le groupement d’achat départemental profite à quelque 300 entités lot-et-garonnaises (éleveurs, producteurs, transformateurs…). Fruits et légumes divers, bio ou non, viandes de bœufs, d’agneau, de veau, de volaille ou de porc, poissons frais, produits laitiers, œufs label, farine et légumes secs bio, kiwi bio, miel... Tous ces lots représentent près de 900 tonnes de nourriture d’origine locale.

Ce volume se traduit également en chiffre d’affaires. Ainsi, ce sont près de 1,8 M€ millions d’euros qui sont injectés dans l’économie locale, dont 1,16 million d’euros uniquement pour l’agriculture lot-et-garonnaise (le marché global d’achat de nourriture pour les collèges est de 2,5 millions d’euros par an).

De plus, le gaspillage alimentaire a considérablement été réduit. Il représentait un volume de déchets de 25 à 35 % selon les menus, il représente aujourd’hui 12 % des denrées mises en production. L’économie réalisée (500 000 €) a permis d’investir dans l’achat de produits locaux en circuit cours et de développer des filières locales.