Raccourcis:

Accueil > Toutes les actualités > Actualité

  • Imprimer

A la une, Culture et patrimoine 19/09/2019

Projection en plein air d’un court métrage tourné à Agen

Vendredi 27 septembre à partir de 20h30 près du stade Batmale, en présence du réalisateur.

Tout ce qu’on sait faire c’est boxer est un court métrage de Gaëtan Kiaku produit par les films du Clan.
Tourné principalement dans le quartier Rodrigues à Agen, il y sera projeté en plein air (Près du stade Batmale) le vendredi 27 septembre 2019 à partir de 20h30, en présence du réalisateur.

Cette projection vous est proposée par le Bureau d’accueil de tournage (BAT47), Le Département de Lot-et-Garonne et la ville d’Agen en partenariat avec Ecrans47.

Synopsis : A 19 ans, Alhem n’a qu’une seule passion : la boxe thaïlandaise. Mais la perte de son frère ainé dans un règlement de compte va bouleverser toutes ses certitudes.
En images

Quelques mots sur le tournage :
Le court-métrage a été tourné intégralement en Lot-et-Garonne du 18 au 28 février 2018.
Ces 10 jours de tournage ont eu lieu principalement à la cité Rodrigues à Agen.
Le film a été soutenu par le département de Lot-et-Garonne, la région Nouvelle-Aquitaine et a été accompagné par le BAT47.
On compte 6 techniciens lot-et-garonnais embauchés sur ce projet ainsi qu’un rôle secondaire, 2 petits rôles, 1 silhouette et 153 figurants bénévoles.

2 autres films seront également diffusés en avant-programme lors de cette soirée :

-    Les petites mains de Rémi Allier, produit par les films Grand Huit, soutenu par la Région Nouvelle-Aquitaine, le Département de Lot-et-Garonne et accompagné par le BAT47
Tourné en 2016 à Monsempron-Libos, ce film a reçu le César du meilleur court-métrage lors de la 44ème cérémonie officielle en 2019.

-    Sous tes doigts de Marie-Christine Courtès, co-produit par Novamina et Vivement Lundi, soutenu par le Département de Lot-et-Garonne.
Ce court métrage d’animation, a été intégralement réalisé en studio en 2014, et n’a donc pas été tourné en Lot-et-Garonne. Cependant, il est en étroit lien avec l’histoire du Lot-et-Garonne, puisant son inspiration du CAFI
(Centre d’Accueil des Français d’Indochine) à Sainte-Livrade-sur-Lot.