Raccourcis:

Accueil > Toutes les actualités > Actualité

  • Imprimer

Economie et tourisme, Brèves suite (Accueil) 28/09/2016

Bioviver s’installe à Damazan

Mercredi 28 septembre les élus du Conseil départemental se sont rendus à Damazan sur le site en cours d’aménagement de l’entreprise Bioviver.

© Xavier Chambelland - Dpt 47

De gauche à droite : Bernard Barral, président d’Agropole Services ; Frédéric Deudon, Directeur de BIOVIVER ; Pierre Camani, Président du Conseil départemental et Sénateur de Lot-et-Garonne ; Michel Masset et Valérie Tonin, Conseillers départementaux du Canton de Lavardac.







BIOVIVER
est une conserverie de produits 100% biologiques située à Bazens dans le Lot-et-Garonne. Fondée il y a 45 ans, l’usine a été rachetée en 2000 par LEA NATURE et entièrement rénovée en 2002. BIOVIVER met ainsi son outil de production performant et son savoir-faire pour les besoins des entreprises de la Bio.

En septembre 2015, Léa Nature a signé l'acquisition d'un terrain de 5 ha à Damazan sur la zone d’activités de la Confluence pour y construire une nouvelle usine de production de sachets repas individuels bio, sans gluten et sans lactose pour répondre à la demande d'un marché en croissance. Il s'agit donc du deuxième site de production basé en Lot-et-Garonne après celui de Bazens. Il est prévu d’achever les travaux fin 2016. Ainsi, un atelier de 2500 m² accueillera deux lignes de fabrication, puis trois en 2017. L’investissement total représente environ 7 M€ et va générer une quinzaine d’emplois d’ici fin 2017 et 40 d’ici 2020.

Ce nouvel atelier correspond à une extension de la conserverie Bioviver, située à 15 km, à Bazens, et sera dirigé par Frédéric Deudon, le directeur de Bioviver. Il est destiné à répondre à la demande croissante pour des produits sans gluten qui nécessitent des ateliers de fabrication dédiés pour éviter toute contamination croisée par des allergènes.

En savoir plus sur Bioviver : http://leanature.com/bioviver-conserverie-biologique/

A savoir : La zone de la Confluence est aménagée par la SEM 47 pour le Syndicat mixte du pôle de la Confluence, qui regroupe le Conseil départemental (80%) et la Communauté de communes du Confluent (20 %).


Téléchargez le dossier de presse