Raccourcis:

Accueil > Le Département > Le budget > Le budget primitif 2014

  • Imprimer

Le budget primitif 2014


Le Budget primitif 2014 du Lot-et-Garonne : 420,3 M€

Cette année encore, la majorité conduite par Pierre Camani a présenté un budget qui réserve une place importante aux investissements, effort rendu possible grâce à une gestion responsable et à une maîtrise des dépenses de fonctionnement.

Budget global : 420,3 M€

  • Budget de fonctionnement : 327,7 M€
  • Budget d’investissement : 92,6 M€


Dépenses réelles de fonctionnement et d’investissement : 420,3 M€

dépenses 2013

 

Recettes réelles : 420,3 M€

 

recettes 2013

Les grandes orientations du budget 2014

En 2014, le Conseil général a répondu aux 5 grandes orientations suivantes :

  • pas de hausse de la fiscalité directe sur les ménages pour la 5e année consécutive,
  • limitation au strict minimum des dépenses de fonctionnement obligatoires,
  • stabilisation du recours à l’emprunt pour la 2e année consécutive,
  • augmentation des dépenses d’investissement par rapport au niveau 2013,
  • stabilisation des principaux ratios financiers de la collectivité, déjà en nette
    amélioration depuis 2013 (épargne brute, capacité de désendettement, taux
    d’endettement).

Ces objectifs ont été rendus possibles par une gestion rigoureuse, des choix courageux et responsables, mais également par les récentes décisions du gouvernement qui ont consolidé les finances et l’action des Départements :

  • la loi de finances 2014 institue de nouveaux modes de péréquation financière pour restaurer l’équité entre les Départements. Dans le cadre du Pacte de confiance et de solidarité, des mesures de compensation du reste à charge de l’APA, de la PCH et du RSA ont en effet été élaborées, en donnant priorité aux Départements les plus touchés par l’effet ciseau. 1,4 milliards d’euros seront au total répartis entre les conseils généraux au terme d’une double péréquation.
  • les Départements ont la possibilité de relever de 0,7 points le taux des droits de mutation à titre onéreux (DMTO) du 1er mars 2014 au 28 février 2016. Cette mesure redonne une marge de manoeuvre nécessaire au Conseil général pour assumer ses investissements et continuer à soutenir les communes, les intercommunalités mais aussi les entreprises, les agriculteurs et le milieu associatif. A titre d’exemple, dans le cas d’un achat immobilier à 130 000 €, la fiscalité nouvelle s’élèvera à 900 €, soit 3 € par mois pour une durée d’emprunt de 25 ans.
  • enfin, la loi du 19 décembre 2013, dite de modernisation de l’action publique, désigne clairement les conseils généraux comme chef de file des collectivités en matière de solidarité sociale et de solidarité territoriale.


Zoom sur quelques dossiers :

1. Economie et emploi : une priorité absolue
Parce que soutenir le développement économique, c’est favoriser les créations d’emplois, le Conseil général accompagne les entreprises lot-et-garonnaises.

2. Mieux vieillir en Lot-et-Garonne : rénovation des Ehpad publics
Le Schéma gérontologique départemental adopté en 2011 par le Conseil général fait de la rénovation des Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) publics une priorité de sa politique en faveur de nos aînés. Aussi, depuis 2008, il cofinance chaque année plusieurs chantiers de rénovation et/ou d’extension.

3. Préparer l’avenir : arrivée de la fibre optique
L’aménagement numérique est pris en compte de longue date en Lot-et-Garonne, avec un programme de résorption de zones blanches.

4. Agriculture : la méthanisation agricole, un procédé à cultiver
Réflexion déjà engagée lors des Etats généraux de l’agriculture, le Conseil général souhaite aujourd’hui favoriser l’émergence de projets de méthanisation en Lot-et-Garonne.

5. La politique en faveur de la jeunesse
Afin que tous les jeunes Lot-et-Garonnais puissent diposent des mêmes possibilités de réussites professionnelles, le Département place l'éducation au coeur de ses politiques. A ce titre, il intervient à différents niveaux pour mettre toutes les chances de leur côté.


Revoir la session en différé