Raccourcis:

Accueil > Le Département > L'assemblée > L'expression des groupes politiques > Tribunes du 47magazine > Archives des tribunes du 47magazine

  • Imprimer

Archives des tribunes du 47magazine

Février 2018

Février 2018

(copie 55)

Groupe de la Majorité départementale

Enjeu majeur de développement et d’attractivité pour notre département rural, le Très Haut Débit arrive, en ce début d’année, dans les premiers foyers lot-et-garonnais. Soucieuse de relever ce défi d’aménagement du territoire qui ancre notre département dans l’ère du numérique, la Majorité départementale a fait le choix d’une politique ambitieuse et volontariste.

Les opérateurs privés n’intervenant que dans les zones urbaines les plus rentables, il nous appartenait, dans un souci de réduction des inégalités et afin d’éviter une nouvelle fracture numérique, d’assurer la couverture internet du reste du département. En effet, sans une intervention publique déterminée, seules 14 communes sur 319 seraient couvertes par le Très Haut Débit. Par volonté d’équité entre les territoires et entre les citoyens, la Majorité départementale a défini comme principe la pose d’une prise optique en milieu rural pour une prise optique en zone urbaine.

Ce chantier d’ampleur, comparable à l’électrification qui se développa au début du siècle dernier, permet l’essor d’une véritable filière du numérique qui se structure dans le département. Cette année une formation d’initiative locale d’installateur de fibre optique a été ouverte. Par ailleurs, porté par les élus de la Majorité, est né le « Campus Numérique 47 », pôle d’excellence numérique au cœur du Sud-Ouest. Ce pôle permettra de réunir en un seul lieu des services de formation, de recherche et d’innovation ou encore d’incubation de startup, faisant ainsi du Lot-et-Garonne un département résolument tourné vers l’avenir.

Malgré les fortes contraintes budgétaires qui pèsent sur le Département, la Majorité départementale entend porter pleinement le développement de notre département et offrir demain de nouvelles perspectives aux Lot-et-Garonnais.

Majorité départementale, Hôtel du Département
47922 Agen cedex 9 - 05 53 69 42 72
majorite.departementale(at)lotetgaronne.fr

(copie 53)

Groupe L’Avenir ensemble

De moins en moins de moyens pour les territoires ruraux. C’est la triste réalité que nous constatons chaque jour. Un exemple flagrant en est donné récemment par la politique de la Région Nouvelle-Aquitaine à l’égard du Lot-et-Garonne. En application de la fameuse loi NOTRe, les politiques en faveur du développement économique ont été transférées du Département à la Région. Cette dernière devait donc se substituer au Département dans son action économique, ainsi que dans les organismes liés à l’économie.

Cela est pourtant loin d’être le cas ! Car la Région rechigne à remplacer le Département, et donc participer financièrement, pour des services pourtant essentiels au Lot-et-Garonne. Il en est ainsi de la ligne aérienne Agen-Paris, jusque-là financée majoritairement par le Département, et dont la Région n’a pas encore dit si elle prendrait ou non le relais. Or sans cette participation, il ne sera pas possible de maintenir cette ligne aérienne et ce seront les entreprises du territoire qui en pâtiront. Autre exemple, le Marché intérêt national d’Agen, outil essentiel pour l’agriculture lot-et-garonnaise. Là aussi le Département s’en va et la Région ne prend pas le relais pour participer au capital de la structure.

En définitive, la Région semble bien peu se soucier du développement économique d’un département rural comme le nôtre.

Groupe L’Avenir ensemble : 05 53 98 52 00
www.lavenirensemble.net

(copie 2)


(copie 54)

Groupe La dynamique citoyenne

Le numérique, c’est fantastique ! La fibre arrive sur notre Département. On ne peut que s’en réjouir. C’est peut-être aujourd’hui, pour nous « Ruraux », le plus sûr moyen de réparer certaines fractures territoriales. Mais ça ne suffira pas. On attend beaucoup plus de l’État. Des moyens financiers et des actes. Le bonheur, c’est parfois simple comme un coup de clic. Pourvu que 2018 n’accouche pas encore d’une souris, fut-elle d’ordinateur !

La dynamique citoyenne :
Nathalie Bricard et Christian Delbrel (LDC- 06 45 74 46 14

Séparateur


Décembre 2017

Décembre 2017

(copie 52)

Groupe de la Majorité départementale

Enthousiastes à l’idée de travailler à la refondation du lien entre l’État et les collectivités, nous avons accueilli favorablement la mise en place de la conférence nationale des territoires en juillet dernier. Bâtir un contrat de confiance fondé sur un respect mutuel et des engagements réciproques est selon nous la seule voie qui mènera à une relation apaisée entre l’État et les territoires, indispensable à la résolution la fracture territoriale qui divise le pays.

Hélas, il n’aura fallu que quelques semaines pour que l’espoir suscité au sein des collectivités retombe au gré de décisions gouvernementales prises sans concertation et fragilisant les politiques publiques locales.
Les projets de loi de finance 2018 et de programmation des finances publiques pour les années 2018 à 2022, en imposant aux collectivités une réduction de leurs dotations de 13 milliards d’euros à l’horizon 2022 ainsi qu’un contrôle accru de leurs dépenses, ont quant à eux levé le voile sur l’objectif principalement financier de ces mesures.

Dans ce cadre qui offre peu de place à la discussion sur les missions pourtant essentielles exercées par les collectivités dans les territoires, le contrat que les 300 plus grosses devront signer avec l’État s’apparentera plus à une mise sous surveillance qu’à un véritable contrat de confiance.
Pour les départements qui souffrent avant tout du désengagement de l’État dans le financement des allocations individuelles de solidarités, ni ces contrats, ni le fonds d’aide d’urgence destiné aux plus fragiles d’entre eux, ne seront à même d’apporter la solution pérenne tant attendue.

En Lot-et-Garonne, suivie par l’opposition dans le vote d’une motion commune avec l’amicale des maires et l’association des maires ruraux, notre majorité entend bien participer pleinement à l’amplification de la mobilisation que notre Département et son Président portent à la tête des territoires ruraux.

Majorité départementale, Hôtel du Département
47922 Agen cedex 9 - 05 53 69 42 72
majorite.departementale(at)lotetgaronne.fr

(copie 50)

Groupe L’Avenir ensemble

Avec Michel Diefenbacher et Gilbert Fongaro, ce sont deux monuments politiques du Lot-et-Garonne qui nous ont quittés récemment. Deux hommes qui ont consacré leur vie à l’intérêt public et qui ont géré avec probité et responsabilité les collectivités dont ils ont eu la charge. Et en cette période de vents contraires, il est stimulant de relire la lettre qu’avait adressée Michel Diefenbacher aux élus départementaux au moment de quitter la présidence du Conseil général. Il y prédisait les difficultés financières que nous connaissons aujourd’hui, avec toujours plus de dépenses et toujours moins de ressources. Et il conseillait à la nouvelle majorité de rechercher des économies dans la gestion de la collectivité.

Cette recommandation reste plus que jamais d’actualité, car malgré l’augmentation conséquente de la fiscalité cette année, le budget 2018 sera tout aussi compliqué à boucler. Notre groupe l’a dit très clairement dans l’hémicycle le 10 novembre dernier : nous n’accepterons pas une nouvelle hausse de la fiscalité en 2018. C’est pourquoi nous avons fait des propositions pour la gestion du Département : mettre en place des indicateurs de performance, proposer du bénévolat aux bénéficiaires du RSA, stopper l’augmentation de la masse salariale, etc. Parce qu’avant de demander des efforts aux Lot-et-Garonnais, nous devons être sûrs que leur argent est bien employé.

Groupe L’Avenir ensemble : 05 53 98 52 00
www.lavenirensemble.net

(copie 3)


(copie 51)

Groupe La dynamique citoyenne

Le congrès des Départements de France a accouché d’une souris. Ou plutôt d’un fonds d’urgence famélique. 100 millions d’euros pour sauver 19 départements en danger de mort. Dont le nôtre. C’est un sparadrap sur une jambe de bois ! Un nouveau coup de canif dans le contrat de confiance qui nous lie avec l’État.

Il ne reste plus qu’attendre le 22 décembre et le nouveau projet de loi de finances 2018, pour y voir plus clair. Et à espérer que le Père Noël ne soit pas une ordure. Bonnes fêtes quand même !

La dynamique citoyenne :
Nathalie Bricard et Christian Delbrel (LDC- 06 45 74 46 14

Séparateur (copie 1)


Septembre 2017

Septembre 2017

(copie 49)

Groupe de la Majorité départementale

Le 17 juillet s’est réunie, à l’initiative du Chef de l’État, la première Conférence nationale des territoires (CNT). Pour le Lot-et-Garonne, mobilisé depuis plusieurs mois pour demander à l’État de s’engager dans un contrat de confiance renouvelé avec les collectivités, les attentes étaient particulièrement fortes. D’autant que l’annonce de 13 milliards d’euros d’économies sur le fonctionnement des collectivités locales en cinq ans avait déjà suscité de vives inquiétudes.

Plus inquiétant encore, alors que le gouvernement s’était engagé à consulter les collectivités préalablement à toute décision qui les impacterait, les annonces au cours de l’été de la suppression de crédits aux communes ainsi que la quasi-disparition des contrats aidés ont porté un coup sérieux à l’enthousiasme suscité par l’annonce de la mise en place de la CNT. Ces décisions, aussi brutales qu’injustes, impacteront principalement les territoires les plus fragiles et la ruralité en particulier.

Avec 300 M€ de crédits annulés, principalement au titre de la Dotation d’équipement des territoires ruraux (DETR) et du Fonds de soutien à l’investissement local (FSIL), de nombreux projets portés par les collectivités locales devront être abandonnés faute de soutien de l’État.
L’attaque portée aux dispositifs d’emplois aidés pénalisera quant à elle autant les collectivités et les associations que les bénéficiaires de ces contrats.

En animant un groupe de travail relatif aux difficultés financières des Départements à l’Assemblée des Départements de France (ADF), Pierre Camani a montré qu’il était plus que jamais déterminé à travailler avec l’État à l’établissement d’un nouveau pacte avec les collectivités.
Notre majorité attend désormais de ce dernier qu’il garantisse à notre Département les moyens d’assurer les services de proximité essentiels qu’il rend à nos concitoyens.

Majorité départementale, Hôtel du Département
47922 Agen cedex 9 - 05 53 69 42 11
majorite.departementale(at)lotetgaronne.fr

(copie 48)

Groupe L’Avenir ensemble

+ 20 %. C’est l’ampleur de l’augmentation de la part départementale de la taxe foncière votée en juillet dernier par la majorité. Une hausse de la fiscalité qui s’ajoute à de nombreuses baisses, voire suppressions, de subventions aux associations et aux collectivités. Et inutile d’évoquer l’investissement du Département qui atteint un plus bas historique.

Nous avons refusé de voter ces mesures, parce que nous refusions de faire payer aux Lot-et-Garonnais la mauvaise gestion de la majorité socialiste et l’abandon de l’État. Car oui l’État est responsable de cette situation, lui qui a laissé progressivement les départements s’enfoncer financièrement, avec toujours plus de dépenses sociales et toujours moins de ressources pour les assumer. Et c’est sous un gouvernement socialiste, soutenu par le Président actuel du Conseil départemental, qu’on a le plus asphyxié nos collectivités.

Mais se contenter d’attaquer l’État serait trop simple. Comment comprendre alors que notre département ait été le seul à faire l’objet d’une procédure de mise sous tutelle cette année ? Tout simplement parce que la majorité socialiste n’a pas engagé assez tôt les économies nécessaires pour éviter cette situation. Le nombre de cadres administratifs a notamment doublé entre 2008 et 2017 au Département. Un exemple qui démontre que des marges de manœuvre existaient.

Groupe L’Avenir ensemble : 05 53 98 52 00
www.lavenirensemble.net

(copie 3)


(copie 6)

Groupe La dynamique citoyenne

On nous avait promis une rentrée chaude. Même brûlante. Nous n’avons pas été déçus. L’arrêt brutal des contrats d’accompagnement dans l’emploi (CAE) réservés aux collectivités publiques et aux associations a mis le feu aux poudres. Une décision lourde de conséquences pour notre Département, déjà exsangue. Entre l’explosion des charges sociales, la diminution des dotations de l’État, l’augmentation forcée de la taxe foncière, on ne peut pas dire que le Lot-et-Garonne est, aujourd’hui, vraiment… aidé.

La dynamique citoyenne :
Nathalie Bricard et Christian Delbrel (LDC- 06 45 74 46 14

Séparateur (copie 1)


Juin 2017

Juin 2017

(copie 47)

Groupe de la Majorité départementale

Avec l’adoption en avril d’un budget en l’absence d’équilibre réel, nous avons réaffirmé avec fermeté notre refus de faire payer aux Lot-et-Garonnais la note du défaut de compensation par l’État des allocations de solidarité nationale. Avec près de 60 millions d’euros non compensés rien que pour l’année 2017, la responsabilité de l’État dans l’impasse budgétaire du Conseil départemental ne souffre d’aucune ambiguïté.

Pourtant, en saisissant la chambre régionale des comptes, l’État a fait le choix de nier sa responsabilité : alors même que la gestion du Département a été saluée par les experts indépendants ainsi que par la chambre régionale des comptes elle-même, cette dernière a été saisie par l’État pour se pencher sur le budget du Lot-et-Garonne.

Nous ne sommes pas dupes de ce procédé qui voudrait faire porter la responsabilité du déséquilibre budgétaire sur les épaules de notre collectivité, pour mieux justifier l’absence de réponse de l’État.

Cette bataille que nous menons au nom de l’intérêt des Lot-et-Garonnais dépasse largement les frontières de notre département. Il s’agit pour les départements pauvres, ruraux, d’exiger que leur dignité et leurs capacités d’action leur soient rendues. Non pas par charité, mais parce que la diversité des territoires est une richesse pour notre Pays et non un fardeau.

En prenant à l’échelle de la France la tête de ce combat des départements ruraux, nous souhaitons peser de toutes nos forces pour que l’État prenne enfin ses responsabilités en matière de financement des allocations de solidarité nationale. C’est à cette seule condition que les Départements en difficulté pourront de nouveau assurer pleinement leurs missions et demeurer utiles à nos concitoyens. Tel est le sens de ce combat dans lequel nous sommes pleinement engagés.

Majorité départementale, Hôtel du Département
47922 Agen cedex 9 - 05 53 69 42 72
majorite.departementale(at)lotetgaronne.fr

(copie 45)

Groupe L’Avenir ensemble

Les conseillers départementaux de la droite et du centre alertent depuis des années sur la situation financière du Département. En avril dernier, notre président, Guillaume Lepers, avait relevé le caractère insincère du budget 2017 et mis en garde contre un risque de mise sous tutelle.

En dépit des sarcasmes que ces alertes avaient provoqués, la situation démontre que nous avions malheureusement raison : il manque plus de 20 millions d’euros pour équilibrer notre budget et notre collectivité est au bord de la mise sous tutelle.

La responsabilité principale de cette situation incombe évidemment à l’État, qui a réduit ses dotations financières alors que les dépenses sociales des départements explosaient. Mais la responsabilité de la gauche départementale ne doit pas être oubliée. Comptant toujours sur la générosité de l’État, elle s’est refusée à appliquer les mesures qui s’imposaient : zéro recrutement, révision des régimes d’aide, réduction de 10 % des dépenses de fonctionnement de chaque direction, etc. Ces mesures n’auraient pas permis d’éviter la situation actuelle, mais elles auraient sans doute limité les dégâts.

Quelle que soit la cure d’austérité qui sera maintenant imposée à notre collectivité, nous prendrons nos responsabilités et défendrons le rôle essentiel du Département pour le territoire.

Groupe L’Avenir ensemble : 05 53 98 52 00
www.lavenirensemble.net

(copie 5)


(copie 46)

Groupe La dynamique citoyenne

Le combat continue. La lettre adressée, fin mai, au Président de la République Emmanuel Macron est une première étape. Il y en aura forcément d’autres. Il faut poursuivre le bras de fer engagé contre l’État.

Avec courage et détermination. Pour entraîner derrière nous tous les autres départements en grave difficulté financière. Le Lot-et-Garonne doit être en quelque sorte précurseur en la matière et le porte-drapeau de la ruralité. Cette ruralité qu’on assassine, aujourd’hui, sans vergogne.

À bon entendeur…

La dynamique citoyenne :
Nathalie Bricard et Christian Delbrel (LDC- 06 45 74 46 14

Séparateur (copie 1)


Janvier 2017

(copie 44)

Groupe de la Majorité départementale

Dans un département rural comme le nôtre, la présence de services publics sur l’ensemble du territoire est essentielle au bien vivre de ses habitants et au développement de son attractivité.

Le Conseil départemental joue un rôle majeur pour la sécurité de nos concitoyens : en charge de l’administration du Service départemental d’incendie et de secours (Sdis), il est également propriétaire de la majorité des casernes de gendarmerie. La qualité des équipements ainsi qu’un maillage de proximité sont des composantes indispensables de la qualité du service rendu à l’usager.

En 2008, pour compenser le retard pris par la majorité précédente, le Département s’est engagé auprès du Sdis dans un plan d’investissement immobilier de grande ampleur. De 2008 à 2016, 16 centres d’incendie et de secours ont ainsi été réhabilités ou reconstruits, améliorant considérablement l’exercice des missions de nos sapeurs-pompiers. De plus, la construction d’un nouveau Centre départemental de traitement et de régulation des appels d’urgence (CTRAU ) confère désormais aux services d’urgence une réactivité et une efficacité renforcées sur l’ensemble du Lot-et-Garonne.

Alors que le deuxième volet du plan d’investissement immobilier s’ouvre en 2017 pour achever la modernisation des centres d’incendie et de secours, le Département a lancé, en partenariat avec la Gendarmerie, un programme de modernisation des 31 casernes dont il est propriétaire. Dans le cadre d’une convention conclue en 2014 avec la société Batimur, le patrimoine départemental affecté à la Gendarmerie sera remis à niveau à l’horizon 2018.

À travers son engagement pour nos services publics, le Département montre qu’il demeure pleinement mobilisé pour construire un Lot-et-Garonne toujours plus attractif, toujours plus solidaire et toujours plus sûr.

Majorité départementale, Hôtel du Département
47922 Agen cedex 9 - 05 53 69 42 11
majorite.departementale(at)lotetgaronne.fr

(copie 42)

Groupe L’Avenir ensemble

L’année qui s’ouvre sera une année décisive pour la France. En 2017, vous pourrez élire un nouveau président de la République et de nouveaux députés. Vous pourrez surtout tourner la page de ce quinquennat catastrophique qui s’est traduit, sur notre territoire comme ailleurs en France, par un chômage record, une augmentation de la fiscalité et une croissance faible.

Beaucoup d’entre vous ne croient plus en la politique. Beaucoup pensent que la politique n’est plus capable de changer leur quotidien. Or ce sera tout l’enjeu des échéances qui nous attendent : proposer une alternance crédible, qui cette fois ne décevra pas, et sera à la hauteur des enjeux auxquels la France doit faire face. Une alternance pragmatique, qui engagera enfin les réformes structurelles dont notre pays a besoin, notamment dans le domaine de l’économie et de l’emploi.

Conseillers départementaux de la droite et du centre, nous entendons prendre toute notre part dans le débat national qui s’amorce. Nous voulons surtout que les acteurs qui font nos territoires ruraux ne soient pas oubliés. Les commerçants, les artisans, les agriculteurs, les acteurs de la solidarité locale, tous ceux qui font la richesse de notre ruralité doivent être au cœur du débat en 2017. Parce que c’est en répondant aux problématiques de terrain que nous redonnerons foi en la politique.

Groupe L’Avenir ensemble : 05 53 98 52 00
www.lavenirensemble.net

(copie 5)


(copie 43)

Groupe La dynamique citoyenne

On ne change pas une formule qui gagne ! L’an passé, déjà, vous n’aviez pas reçu notre carte de vœux dans votre boîte aux lettres. Et pour cause, nous avions décidé de profiter de cette tribune pour vous les adresser, en « live », sans passer par la case « facteur ». Ni enveloppe affranchie, ni frais d’imprimerie. Rebelote, cette année, car il n’y a pas de petites économies.
« La Dynamique Citoyenne » vous souhaite évidemment le meilleur pour 2017. Santé, sérénité, bonheur, réussite et… citoyenneté.

La dynamique citoyenne :
Nathalie Bricard et Christian Delbrel (LDC- 06 45 74 46 14

Séparateur (copie 1)


Octobre 2016

(copie 41)

Groupe de la Majorité départementale

En cette période de rentrée comme tout au long de l’année, le Département est mobilisé pour proposer aux Lot-et-Garonnais des services publics indispensables à tous les âges de la vie.
Conforté par la grande réforme territoriale de 2015, il assure ses missions en visant deux objectifs : assurer l’égalité entre les hommes et entre les territoires, dans les villes comme dans les villages. Il est la locomotive de nos territoires et de la cohésion nationale.
Néanmoins, ses difficultés financières sont nombreuses et croissantes. Elles tendent à fragiliser d’une part la qualité des services aux habitants et d’autre part le modèle social français qui repose en partie sur sa capacité d’action.
Et pourtant, ce n’est pas faute d’avoir cherché des solutions. Depuis de nombreuses années, nous nous sommes régulièrement mobilisés pour obtenir l’ouverture d’une négociation entre l’État et les Départements pour renationaliser le financement du RSA. Malheureusement, quand en 2016 la négociation s’est ouverte, la majorité des Départements gérés par la droite a souhaité y mettre fin par posture politique.
Par cette attitude irresponsable, c’est un pan entier de la solidarité qui est aujourd’hui menacé. 
Pour les élus de la Majorité départementale, les politiques de solidarité doivent redevenir le cœur du projet républicain. Nous défendons l’idée d’un système de protection sociale renouvelé s’articulant autour d’une solidarité nationale assurée par l’État et équitable sur l’ensemble du pays, et de politiques de solidarité adaptées à chaque territoire dont les Départements seraient les chefs d’orchestre.
À l’heure où les difficultés financières des Départements servent d’alibi à la droite pour stigmatiser nos concitoyens les plus fragiles, nous défendrons toujours la proximité, l’efficacité, la responsabilité, l’égalité d’accès aux droits et l’équité entre les territoires.
Notre modèle social et les Départements ont pour l’heure destin lié. Sachons les placer sur le chemin de la réforme pour le progrès.

Majorité départementale, Hôtel du Département
47922 Agen cedex 9 - 05 53 69 42 11
majorite.departementale(at)lotetgaronne.fr

(copie 33)

Groupe L’Avenir ensemble

La victoire de Jacques Borderie et Marie Labit, candidats de la droite et du centre à l’élection départementale partielle sur le canton du Livradais, s’avère riche d’enseignements. Elle démontre d’abord que des candidats de terrain, ancrés, sérieux et investis sur leur territoire, sont logiquement plébiscités par nos concitoyens pour les représenter au Conseil départemental et défendre leur canton.
Le second enseignement de cette élection, c’est le rejet de la politique menée par la majorité départementale socialiste. Aucune idée, aucun projet, si ce n’est de fausses annonces pour faire de belles photos dans les journaux. Les électeurs du Livradais ne sont pas tombés dans le panneau. Ils ont compris que le Département est devenu une coquille vide, qui n’est plus capable d’investir pour l’avenir de leur canton comme du Lot-et-Garonne.
Cette victoire démontre enfin que l’attitude constructive et déterminée de l’opposition départementale, portée tout au long de la campagne électorale par nos candidats, est un gage de maturité. Contrairement à leurs adversaires de gauche, qui ont finalement cédé à la caricature et aux attaques personnelles, Jacques Borderie et Marie Labit ont respecté jusqu’au bout les autres candidats à cette élection. C’est le moins qu’on puisse attendre de ceux qui entendent représenter leurs concitoyens.

Groupe L’Avenir ensemble : 05 53 98 52 00
www.lavenirensemble.net

(copie 35)


(copie 40)

Groupe La dynamique citoyenne

C’est la rentrée, avec comme toujours, son lot de bonnes (et nouvelles) dispositions. En cette période particulièrement contrainte, où l’argent public se fait aussi rare que les champignons dans les sous-bois lot-et-garonnais, permettez-nous d’appuyer la demande du président Camani, réclamant à juste titre un vrai fonds de péréquation et une aide substantielle pour les départements ruraux comme le nôtre. Sinon, c’est la mort assurée. Par asphyxie financière…
Au fait, bonne rentrée à tous !

La dynamique citoyenne :
Nathalie Bricard et Christian Delbrel (LDC- 06 45 74 46 14

Séparateur


Juillet 2016

(copie 39)

Groupe de la Majorité départementale

Le 6 juin, le Conseil départemental et le Comité départemental du tourisme ont donné le coup d’envoi des États généraux du tourisme. En présence de Matthias Fekl, Secrétaire d’État chargé du Commerce extérieur, de la promotion du Tourisme et des Français de l’étranger, près de 200 acteurs du tourisme lot-et-garonnais, professionnels et institutionnels, ont affiché leur volonté de travailler ensemble pour faire du Lot-et-Garonne une destination touristique de premier plan.

Représentant 2 000 emplois en 1995, le secteur touristique emploie désormais plus de 5 000 Lot-et-Garonnais. Cette progression, fruit de l’engagement des professionnels et de politiques publiques menées ces 20 dernières années, met en lumière le fort potentiel de notre département dans ce secteur d’activité en plein développement.

Définir une nouvelle stratégie de développement, afin de doubler le nombre d’emplois touristiques et de touristes dans les 10 prochaines années, est l’objectif premier que tous les participants aux États généraux partagent. Il est ambitieux mais réaliste. En travaillant en partenariat avec les départements voisins, au sein d’une grande Région disposant d’une visibilité et d’une renommée internationale, le Lot-et-Garonne dispose en effet de nombreux atouts qui lui permettront de se distinguer.

Ce territoire dont nous sommes fiers, pour la beauté de ses paysages et de son patrimoine, riche de sa diversité et de son caractère forgés au fil de son histoire, a beaucoup à offrir. Entre grands projets créateurs d’emplois et tourisme vert, gage d’authenticité et de qualité de vie du Sud-Ouest, les ingrédients d’un développement touristique réussi sont à portée de main !

Faire du Lot-et-Garonne la destination touristique verte au cœur du Sud-Ouest, tel est l’enjeu de cette démarche à laquelle les conseillers départementaux de la majorité prendront toute leur part.

Majorité départementale, Hôtel du Département

47922 Agen cedex 9 - 05 53 69 42 11
majorite.departementale(at)lotetgaronne.fr

(copie 36)

Groupe L’Avenir ensemble

Y a-t-il encore un pilote dans l’avion ? C’est la question que l’on peut légitimement se poser au regard de l’incapacité du gouvernement à réformer le pays. Car non content d’avoir largement remanié une loi travail qui ne constituait déjà pas une révolution, non content d’avoir suscité un conflit social qui a, encore une fois, paralysé le pays, ce gouvernement a dû multiplier les cadeaux corporatistes pour racheter la paix sociale. Quoi de plus habituel que cette suite de réajustements et de reculades qui auront marqué l’exercice du pouvoir par les socialistes ?

Il en va de même de la majorité au Conseil départemental, qui multiplie les initiatives en tous genres pour masquer son incapacité à agir pour le territoire. Dépossédé de nombreuses compétences et exsangue financièrement, le Département est, en plus, handicapé par la difficulté des élus socialistes à s’attaquer de front aux problématiques actuelles.

Comment continuer à financer la solidarité sur nos territoires ? Comment continuer à investir dans les infrastructures qui font l’attractivité du Lot-et-Garonne ? Comment donner aux acteurs économiques, à ceux qui se bougent pour faire vivre notre département, de véritables perspectives d’avenir ? C’est à ces questions que doivent pouvoir répondre les conseillers départementaux que nous sommes. Et c’est aussi au regard de ces interrogations que vos élus départementaux doivent être jugés.

Groupe L’Avenir ensemble : 05 53 98 52 00

www.lavenirensemble.net

(copie 37)


(copie 38)

Groupe La dynamique citoyenne

Un petit message personnel au Président de la République. Le lissage de la baisse de la Dotation globale de fonctionnement (DGF) sur deux ans pour les communes est un signal fort envoyé à tous, à moins d’un an des prochaines échéances électorales - personne n’est dupe ! - mais il serait bon, Monsieur le Président, dans votre élan de générosité, de ne pas oublier nos chers Départements, à travers la recentralisation du RSA par exemple, et d’offrir ainsi au Lot-et-Garonne une vraie bouffée d’oxygène.
À bon entendeur…

La dynamique citoyenne :

Nathalie Bricard et Christian Delbrel (LDC- 06 45 74 46 14

(copie 2)


Mai 2016

(copie 34)

Groupe de la Majorité départementale

Avec l’adoption du budget 2016 le 31 mars, les élus de la majorité ont montré qu’ils entendaient, quelles que soient les difficultés, honorer leurs, engagements et rester fidèles à leurs valeurs.

L’équation à résoudre était pourtant à la limite du possible : continuer à investir pour l’avenir, maintenir la qualité des services départementaux, tout en subissant de plein fouet une baisse des dotations de l’État ainsi qu’une explosion des dépenses obligatoires.

Si l’on ajoute à cela l’engagement de la majorité, partagé par nos concitoyens, de ne pas recourir à l’augmentation de la fiscalité, l’exercice aurait pu s’apparenter à une mission impossible.

C’était sans compter sur la détermination des élus de la majorité, dont l’engagement dès 2008 à réduire le train de vie du Département a permis d’aborder cette épreuve avec sérénité.

Dans le cadre d’une refondation des politiques départementales et après une large consultation des citoyens et des élus locaux, les élus de la majorité, rejoints dans leur vote par le groupe « La dynamique citoyenne », ont adopté un budget ambitieux mais réaliste, répondant aux défis qui attendent le Lot-et-Garonne.

En 2016, avec la nécessaire maîtrise de ses dépenses, le Département maintiendra un haut niveau d’investissement, permettant d’une part la poursuite des programmes engagés, et d’autre part de lancer des chantiers majeurs pour notre avenir.

Outre l’effort particulier porté à la rénovation des collèges, à la modernisation des routes et au soutien des projets communaux, ce budget illustre le volontarisme du Département en matière d’accès à Internet. Tout en lançant le déploiement de la fibre optique qui s’étalera sur 10 ans, la modernisation du réseau Internet hertzien permettra dès cette année de bénéficier de débits allant jusqu’à 20 mbps.

N’en déplaise à l’opposition qui préfère se complaire dans la polémique et la nostalgie du passé pour dissimuler son absence de proposition concrète, c’est le Lot-et-Garonne de demain et de tous les Lot-et-Garonnais qui se construit aujourd’hui.

Majorité départementale, Hôtel du Département

47922 Agen cedex 9 - 05 53 69 42 11
majorite.departementale(at)lotetgaronne.fr

(copie 3)

Groupe L’Avenir ensemble

Un budget historiquement mauvais. C’est l’appréciation que nous portons sur le budget 2016, et ce en dépit des travaux de la commission de refondation des politiques départementales. Cette commission, qui réunissait majorité et opposition pour réfléchir sur la situation financière du Département et l’évolution de ses politiques, avait pourtant débouché sur des propositions fortes : objectif de réduction de 10 % des dépenses des services, stabilisation de la masse salariale, mais aussi maintien du niveau d’investissement du Département. Nous étions d’accord sur ces principes.

Qu’en reste-t-il dans le budget 2016 ? Rien, ou presque. La baisse de 10% des dépenses est circonscrite aux dépenses à caractère général ; la stabilisation de la masse salariale n’est pas prévue avant 2018 et ralentie par les embauches de personnels politiques réalisées l’an dernier ; et surtout les dépenses d’investissement sont réduites de 26 % par rapport au budget 2015 !

Le budget 2016 présenté par la majorité socialiste ne respecte donc pas les principes sur lesquels s’étaient accordées majorité et opposition. Pire, la gauche a décidé de supprimer des régimes d’aide, notamment aux communes et centres de loisirs, sans aucune concertation ni étude d’impact. Plutôt gênant quand on revendique la concertation comme méthode de gouvernance.

Groupe L’Avenir ensemble : 05 53 98 52 00

www.lavenirensemble.net

(copie 4)


(copie 4)

Groupe La dynamique citoyenne

Pourquoi avons-nous voté le budget 2016 ? Notre participation à la commission de refondation a forcément pesé lourd dans la balance. Nous aurions pu tranquillement nous abstenir. Par faiblesse. Par facilité aussi. Mais nous nous devions, par honnêteté et par cohérence, de suivre les préconisations, noircies sur papier, par les trois groupes de l’assemblée départementale. Engagements ensuite validés, à l’unanimité, par les 42 conseillers départementaux. Comment pouvions-nous nous dédire et revenir sur des décisions collégiales qui ont servi de socle à l’élaboration de ce budget primitif ?

La dynamique citoyenne :

c.delbrel.dpt47(at)gmail.com - 06 45 74 46 14

(copie 2)


(copie 30)

Février 2016

(copie 32)

Groupe de la Majorité départementale

Lors de la consultation citoyenne lancée par le Conseil départemental, près de 13 000 foyers se sont exprimés sur l’avenir du Lot-et-Garonne. Nous tenons à remercier l’ensemble des Lot-et-Garonnaises et Lot-et-Garonnais qui y ont pris part, montrant ainsi leur attachement à leur département.

Accompagnées d’une consultation des élus locaux et des acteurs socioéconomiques, renforcées par les travaux d’une commission dédiée associant l’ensemble des élus, majorité et opposition, ces contributions constituent un apport précieux à la refondation engagée des politiques départementales.

Les Conseillers départementaux de la majorité, qui placent la concertation au cœur de leur méthode de travail, saluent l’esprit républicain et constructif qui a prévalu tout au long de ce processus.

L’heure est maintenant à l’action. Dans le cadre de ses compétences attribuées par la loi NOTRe, et ce malgré un cadre budgétaire contraint, le Département entend demeurer cette collectivité de proximité utile à tous, à tous les âges.

Des politiques emblématiques mises en place par la majorité, telle que l’Apa+ pour le maintien à domicile de nos aînés, ont été plébiscitées par les Lot-et-Garonnais. Forts de ce soutien, nous en ferons les piliers de la politique de développement social dans laquelle nous nous engageons.

Le soutien aux associations, l’attention portée à notre jeunesse, la modernisation des collèges ainsi que le maintien des services au public en milieu rural sont des enjeux forts des prochaines années. Ces politiques constitueront les principaux axes de notre action pour développer l’attractivité de notre Département.

Enfin, parce que l’emploi est la première priorité, le soutien à une économie innovante et performante, le déploiement du très haut débit et le développement du tourisme bénéficieront d’un engagement sans faille du Département.

En cette année 2016, un nouveau chapitre s’ouvre pour le Lot-et-Garonne. Ensemble, nous en écrirons les plus belles pages.

Majorité départementale, Hôtel du Département
47922 Agen cedex 9 - 05 53 69 42 11
majorite.departementale(at)lotetgaronne.fr

(copie 2)

Groupe L’Avenir ensemble

L’année 2016 sera une année déterminante pour l’avenir de notre pays comme pour celui de notre département. La crise économique, dont on nous annonce souvent la sortie, demeure plus que jamais d’actualité. Il suffit d’ouvrir les yeux pour le constater : nombre de petites entreprises, nombre d’artisans, de commerçants et d’agriculteurs, font face à une dégradation constante de leur activité, et donc de leur niveau de vie.

Comment croire en la politique dans ces conditions ? Comment croire que ceux que l’on a élus, au niveau national comme au niveau local, sont en mesure de changer la donne ?

C’est pourquoi 2016 sera véritablement une année décisive. Car dans un contexte difficile, nous, élus du Département, devront démontrer notre capacité à soutenir ceux qui créent de la richesse et de l’emploi en Lot-et-Garonne. Nous devrons démontrer notre capacité à être un moteur de projets pour le territoire, pour faciliter la vie des habitants comme des entreprises. Nous devrons enfin démontrer notre capacité à garantir l’avenir de la collectivité départementale, dont nous devrons revoir en profondeur le fonctionnement et les missions.
Madame, Monsieur, vous pouvez compter sur l’engagement et la détermination des conseillers départementaux de la droite et du centre pour faire face à ces défis. Nous vous adressons nos meilleurs voeux pour cette année 2016.

Groupe L’Avenir ensemble : 05 53 98 52 00
www.lavenirensemble.net

(copie 31)


(copie 3)

Groupe La dynamique citoyenne

Vous n’avez pas reçu notre carte de voeux, par courrier, et du coup pas d’enveloppe affranchie, aux premiers jours de Janvier. Et pour cause, en cette période contrainte, durant laquelle les collectivités territoriales doivent redoubler d’ingéniosité pour faire des économies, notre groupe a décidé, modestement, de profiter de ce magazine départemental pour vous adresser, à moindre coût, ses meilleurs voeux pour 2016. Joli coup, non ? On vous souhaite évidemment le meilleur. Santé, sérénité, projets et… citoyenneté.

La dynamique citoyenne :
c.delbrel.dpt47(at)gmail.com - 06 45 74 46 14

(copie 2)


(copie 25)

Octobre 2015

(copie 29)

Groupe de la Majorité départementale

Les élus de la Majorité départementale placent les politiques éducatives au premier plan des missions du Conseil départemental.

Ainsi, en agissant sur l’ensemble des leviers dont il dispose, le Département souhaite faire de la réussite de tous les élèves un des piliers de son développement et de son attractivité.

En cette période de rentrée scolaire, le Conseil départemental tient à réaffirmer ses choix stratégiques et ses engagements à destination de tous les élèves et de leurs familles :

  • la gratuité du transport scolaire, instaurée en 2009, bénéficiera cette année encore à près de 11 000 élèves ;
  • le soutien sans faille apporté aux projets communaux de modernisation et d’équipement des écoles maternelles et primaires permet de disposer sur l’ensemble du territoire d’une offre de proximité et de qualité ;
  • la poursuite de la modernisation des collèges et de leurs équipements mobiliers et informatiques sera complétée cette année par une expérimentation pédagogique reposant sur l’utilisation de tablettes tactiles. Cette phase de test sera réalisée début 2016 avec les élèves de 5e du collège Ducos-Du Hauron d’Agen. Elle permettra d’évaluer l’intérêt pédagogique de cet outil avant d’envisager sa généralisation ;
  • l’ouverture de l’école supérieure d’informatique In’tech Info à Agen, soutenue par le Conseil départemental, offre désormais aux Lot-et-Garonnais un choix encore plus large de formations supérieures. En relation avec le tissu des entreprises du secteur, l’ouverture de cette école donne un nouvel élan au développement de la filière numérique sur notre territoire.

La rentrée est aussi marquée cette année par le lancement d’une consultation citoyenne qui offre à chaque Lot-et-Garonnais la possibilité de s’exprimer sur les priorités du Conseil départemental. Les élus de la Majorité vous invitent à y prendre part. Le Lot-et-Garonne de demain se construit aujourd’hui, avec chacun d’entre vous.

Majorité départementale, Hôtel du Département
47922 Agen cedex 9 - 05 53 69 42 11
majorite.departementale(at)lotetgaronne.fr

(copie 26)

Groupe L’Avenir ensemble

La réforme territoriale n’est finalement qu’un coup d’épée dans l’eau. On nous avait pourtant promis une rationalisation des compétences des collectivités qui devait enfin générer des économies… Il n’en est rien. Excepté quelques modifications à la marge, cette « réforme territoriale » ne fait que maintenir un statu quo synonyme d’immobilisme.

Cette non-réforme est symptomatique d’un gouvernement sclérosé, incapable d’imposer ses vues aux barons locaux du socialisme. Le résultat est édifiant : inapte à mettre fin au fameux « mille-feuille territorial » pour réaliser des économies, la gauche se trouve contrainte d’imposer 28 millards d’euros de baisses de dotations aux collectivités.

Et les conséquences de cette coupe sèche sont désastreuses pour les territoires : l’investissement public devrait reculer de 25 à 30 % d’ici à 2017 ! Ce sont autant de projets que ne pourront pas être menés à bien par les collectivités. Autant de services qui ne seront plus rendus à la population. Et autant de chantiers en moins pour les entreprises locales.

En Lot-et-Garonne, où les investissements du Conseil départemental ont baissé de 35 % depuis 2008, les effets sont déjà perceptibles. Nombre d’entreprises du BTP sont en difficultés et ne peuvent plus compter sur les collectivités pour remplir leur planning. Jamais les territoires ruraux n’avaient subi une telle régression.

Groupe L’Avenir ensemble : 05 53 98 52 00
www.lavenirensemble.net

(copie 27)


(copie 28)

Groupe La dynamique citoyenne

Septembre, c’est par tradition, le mois de la rentrée. La rentrée pour tous. La rentrée des classes pour les enfants. La rentrée des élus aussi, avec en filigrane la mise en place de loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République). Elle devrait consolider les compétences de proximité du Conseil départemental. Nous y veillerons.
Septembre, c’est aussi le mois des bonnes résolutions. Nous nous engageons à garder, ici, le cap de l’indépendance, notre liberté de ton et de pensées, toujours dans l’intérêt général des Lot-et-Garonnais. Vous pouvez compter sur nous…

La dynamique citoyenne :
c.delbrel.dpt47(at)gmail.com - 06 45 74 46 14

(copie 1)


(copie 15)

Juillet 2015

(copie 23)

Groupe de la Majorité départementale

Dans notre région où le tourisme occupe une place stratégique en matière de développement économique et d’emploi, le Lot-et-Garonne a longtemps souffert d’un manque de visibilité par rapport à ses voisins offrant plages et montagnes à leurs visiteurs.

Dès 2008, convaincue du potentiel de notre territoire, notre Majorité s’est pleinement engagée dans la valorisation de son patrimoine, de ses sites naturels, ainsi que dans le soutien au développement d’une offre touristique de qualité.

Notre département, situé au coeur du Sud-Ouest, est un patchwork de paysages et d’influences culturelles. Entre bastides et villages de caractère, vallées de Garonne, du Lot et canal des deux mers, forêts landaises et coteaux, notre département dispose d’un potentiel considérable.

À travers trois schémas départementaux successifs, le Département s’est engagé à porter et impulser de grands projets d’investissements et d’animation afin de développer de nouvelles activités axées sur le tourisme.

Cette politique porte aujourd’hui ses fruits. L’offre d’hébergement touristique, au cours des six dernières années, a progressé de 33 % pour atteindre 30 000 lits. Cette croissance illustre parfaitement le chemin parcouru par notre département.

Aujourd’hui, le Lot-et-Garonne dispose d’une visibilité tant nationale qu’internationale et l’activité touristique représente, avec 5 000 emplois, un secteur à part entière de son économie. Le choix du Lot-et-Garonne pour l’aménagement d’un Center Parcs, ainsi que l’ensemble des projets qui prennent forme sur notre territoire en sont la parfaite illustration.

Au sein de la future grande Région Aquitaine qui portera la responsabilité de coordonner les politiques touristiques, nous continuerons à agir au plus près des acteurs pour soutenir un tourisme respectueux de l’environnement, de nos valeurs et créateur d’emplois pour les Lot-et-Garonnais.

Majorité départementale, Hôtel du Département
47922 Agen cedex 9 - 05 53 69 42 11
majorite.departementale(at)lotetgaronne.fr

(copie 20)

Groupe L’Avenir ensemble

Notre département est en danger. La baisse des dotations de fonctionnement aux collectivités décidée par le gouvernement va avoir des conséquences catastrophiques pour le Département comme pour l’ensemble de nos communes. Catastrophiques parce qu’elle permet au gouvernement de se défausser en transférant aux collectivités la responsabilité de réduire les dépenses publiques. Catastrophiques également parce que cette baisse de dotation va se poursuivre en 2016 et 2017 et qu’elle aura des conséquences désastreuses sur les finances des collectivités et leurs capacités à investir. Catastrophiques enfin parce que cette baisse va accroître les difficultés financières du Département et que la majorité socialiste se montre incapable de prendre des décisions courageuses pour préparer l’avenir.

Le budget du Département pour l’année 2015 est un budget d’attentisme : aucune mesure substantielle de réduction des dépenses, aucune décision pour préserver durablement l’équilibre financier de la collectivité. Pourtant la gauche devra faire des choix difficiles au cours des prochaines années : augmenter les impôts (comme en 2008), réduire drastiquement l’investissement (comme en 2013) ou lancer un plan de réduction des dépenses de fonctionnement, ce qu’ont demandé les élus du groupe L’Avenir ensemble. Les Lot-et-Garonnais sont prévenus, le temps des belles promesses de campagne est révolu !

Groupe L’Avenir ensemble : 05 53 98 52 00
www.lavenirensemble.net

(copie 21)


(copie 22)

Groupe La dynamique citoyenne

Le courage n’a de sens que quand il est partagé par tous, assumé par tous - majorité, opposition et indépendants confondus -. Du courage il en faudra pour permettre à notre Département de poursuivre sa modernisation, pour garder une vraie capacité d’investissement, pour relancer l’emploi, pour booster notre agriculture, pour guider nos enfants, pour soutenir nos ainés, pour aider les plus démunis, mais aussi et surtout pour dépoussiérer les régimes d’aides, aussi divers que variés, qui pèsent de plus en plus lourd dans la balance lot-et-garonnaise. L’écrire fait rire, le faire fait taire… Oui, courage !

La dynamique citoyenne :
c.delbrel.dpt47(at)gmail.com - 06 45 74 46 14

(copie 24)


Juin 2015

(copie 19)

Groupe de la Majorité départementale

Lors du scrutin départemental de mars 2015, à la suite duquel le Conseil général a cédé sa place au Conseil départemental, vous avez choisi de renouveler votre confiance à une majorité de rassemblement des forces de gauche, une majorité de progrès. En nous accordant 26 des 42 sièges de la nouvelle Assemblée départementale devenue paritaire, vous avez fait le choix de conforter la majorité que nous avons constituée autour de Pierre Camani depuis 2008.
Nous vous remercions pour cette confiance renouvelée, qui exprime d’une part la reconnaissance du travail que nous avons réalisé depuis 2008, et d’autre part votre volonté de voir mis en oeuvre les projets que nous avons défendus lors de la campagne électorale.
Nous mesurons également vos attentes, dans le contexte économique et social difficile que nous traversons. Le score réalisé par l’extrême droite lors de ce scrutin, tout comme la forte abstention, ne resteront pas lettre morte. C’est en démontrant au quotidien la pertinence de l’action du Département, de ses élus ainsi qu’en associant les citoyens à l’élaboration des politiques départementales que nous ferons reculer le sentiment d’abandon et la tentation du repli sur soi. C’est l’engagement que nous prenons devant vous aujourd’hui.
Au cours de ces six prochaines années, de nombreux défis nous attendent pour poursuivre la modernisation du Lot-et-Garonne. Le Conseil départemental, conforté par le projet de loi NOTRe, Nouvelle organisation territoriale de la République, disposera de compétences clarifiées pour agir au plus près des préoccupations des Lot-et-Garonnais.
Une collectivité de proximité utile à tous, une collectivité qui protège et encourage, une collectivité qui prépare l’avenir en portant des grands projets créateurs d’emplois, une collectivité garante d’un développement équilibré de l’ensemble de ses territoires, une collectivité qui préserve notre environnement, nos paysages : telle est notre feuille de route pour les six années de cette mandature.

Majorité départementale, Hôtel du Département
47922 Agen cedex 9 - 05 53 69 42 11
majorite.departementale(at)lotetgaronne.fr

(copie 16)

Groupe L’Avenir ensemble

Les élections départementales des 22 et 29 mars derniers ont démontré, s’il le fallait encore, l’exaspération de nos concitoyens à l’égard d’une majorité socialiste déconnectée du réel. Cette exaspération s’est traduite par une montée de l’extrême droite qui a empêché la droite et le centre de reprendre la majorité au Conseil départemental.
Malgré cet avertissement, le budget 2015 présenté par la majorité socialiste reste dans la lignée de ces sept dernières années : inconsistant et dénué d’ambition. Les dépenses d’investissement continuent de chuter, aucun projet d’envergure n’émerge et les dépenses de fonctionnement augmentent.
Pourtant, la hausse continue des dépenses sociales - liée à la forte progression du chômage en Lot-et-Garonne - de même que les baisses de dotations du gouvernement socialiste, rendront impossible l’équation budgétaire dans les années à venir.
Il restera alors trois solutions aux socialistes pour sauver le Département : augmenter les impôts, continuer de réduire l’investissement, ou faire des économies sur les dépenses de fonctionnement. Auront-ils le courage de prendre des décisions difficiles pour réduire les dépenses ? Rien n’est moins sûr.
Les élus du nouveau groupe d’opposition seront attentif aux choix que fera la majorité socialiste, et lui rappelleront, chaque fois qu’il sera nécessaire, ses engagements de campagne.

Groupe L’Avenir ensemble : 05 53 98 52 00
www.lavenirensemble.net

(copie 17)


(copie 18)

Groupe La dynamique citoyenne

Comme l’article 67 du règlement intérieur nous y autorise, nous avons décidé de constituer un groupe au sein de la nouvelle assemblée départementale. Symboliquement baptisé « la dynamique citoyenne », ce courant d’idées et de projets s’inscrit pleinement dans notre démarche démocratique. Nous ne serons pas toujours d’accord avec la majorité, nous ne serons pas toujours d’accord avec l’opposition, mais nous serons toujours en accord avec nos convictions, nos valeurs, notre philosophie. Nos votes ne seront jamais politiques. Toujours citoyens. Notre seul but : l’intérêt général du Lotet-Garonne. Vous pouvez compter sur nous. La dynamique citoyenne est en marche.

La dynamique citoyenne :
c.delbrel.dpt47(at)gmail.com - 06 45 74 46 14


Novembre 2014 et janvier 2015

Novembre 2014 et janvier 2015

En accord avec les présidents des groupes politiques représentés à l’assemblée départementale, l’espace « Tribune » est suspendu pour le 47 magazine n°29 de janvier 2015, conformément à la loi de 1990 relative à la communication politique en période électorale.

 


Octobre 2014

Majorité

Approfondir la décentralisation pour rendre un meilleur service à nos concitoyens, stimuler le développement économique et préparer l’avenir sont aujourd’hui une nécessité absolue. En effet, au fil des années, l’organisation territoriale de notre pays était devenue incompréhensible pour une large majorité de nos concitoyens. La réforme voulue par le Premier ministre permet donc de simplifier, de clarifier et de moderniser l’action publique locale pour la rendre plus efficace.

Les Régions seront ainsi renforcées pour peser davantage dans la concurrence économique européenne et mondiale. À l’échelle du Lot-et-Garonne, nous sommes convaincus que le Conseil général est indispensable aux solidarités de proximité et au développement de nos territoires. C’est pourquoi, nous nous sommes battus pour que le Département soit préservé dans l’espace rural et nous avons été entendus !

Effectivement, le Conseil général a démontré qu’il était le mieux placé pour organiser les solidarités humaines en faveur des personnes fragilisées par la vie, l’âge ou le handicap. Il a prouvé qu’il était le mieux à même d’aider les artisans, les commerçants et les agriculteurs, de lutter contre la désertification médicale, de moderniser les infrastructures routières et numériques. Dans les mois et les années à venir, nous aurons donc les cartes en main pour réinventer, avec vous, notre Département. Le Lot-et-Garonne en sortira gagnant.

Dans le contexte actuel, il faut rester humble, réalistes et à l’écoute du terrain. Cet état d’esprit a toujours été celui de la majorité départementale. Nous avons confiance dans notre potentiel car les énergies qui se battent pour aller de l’avant sont nombreuses. Nous continuerons d’agir pour que le Conseil général accompagne ces dynamiques. L’heure n’est pas aux jérémiades, aux polémiques politiciennes et à la course aux ambitions. Certainement pas ! Le temps est au travail et aux propositions pour garder intacte l’ambition d’un Lot-et-Garonne plus fort, plus ambitieux et plus moderne.

Majorité départementale, Hôtel du Département 47922 Agen cedex 9
Tél. : 05 53 69 42 72 - lotetgaronnepourtous(at)cg47.fr

Opposition

Fini de jouer. Peu de mots suffiront pour résumer l’esprit qui devrait animer nos dirigeants politiques aujourd’hui. Finis les chamailleries et les faux-semblants. Finis la démagogie et les effets d’annonce. La situation économique et sociale de la France appelle, plus que jamais, à la responsabilité.

La responsabilité, c’est justement ce qui manque terriblement à ce gouvernement. Aux réformes structurelles indispensables pour sortir la France de l’ornière, il a préféré les réformes sociétales, tant pour plaire à son électorat que pour satisfaire son image progressiste. Aux décisions difficiles pour rétablir la compétitivité de nos entreprises, il a préféré des mesurettes donnant l’impression du mouvement sans en avoir le résultat.

Avec une croissance nulle – 0 % sur les deux premiers trimestres de 2014 ! – et 3,4 millions de chômeurs, notre pays est aujourd’hui à la dérive. Et l’incapacité de nos gouvernants à redonner un cap renforce la frustration de nos concitoyens qui, lassés des beaux discours, ne croient plus en une parole politique devenue inconséquente.

Ce constat national est tout aussi valable au plan local. L’installation d’un Center Parcs, aubaine pour le département, cache mal la situation difficile de nombreuses entreprises lot-et-garonnaises. Et quand nos entreprises souffrent, ce sont leurs salariés qui en sont les premières victimes : Tarkett, MetalTemple, Techni 47, Gascogne Wood... Autant d’activités en danger et autant de casse sociale en perpective. Cette situation contraste pourtant avec les affirmations du Président du Conseil général, qui n’hésite pas à parler de « printemps économique », et s’attribue, en toute modestie, « un bon bilan reconnu de tous ». « Plus c’est gros, plus ça passe » diront certains. Mais les joutes politiques apparaissent bien vaines face au risque de perdre son emploi.

Loin des palabres et des coups de communication, le Conseil général doit enfin répondre à cette dégradation et redevenir ce moteur de l’économie lot-et-garonnaise qu’il fut par le passé. Moteur qui, aujourd’hui, ronronne mais n’accélère pas.

Groupe de l’opposition L’Avenir ensemble
Tél. : 05 53 98 52 00 / Fax : 05 53 98 52 09


Juillet 2014

Majorité

Comme il s’y était engagé, le Premier ministre Manuel Valls a ouvert le débat d’une grande réforme territoriale qui devra conduire à une organisation administrative plus simple et plus efficace au service de nos concitoyens.
Pour la première fois depuis des décennies, un gouvernement s’attaque au mille-feuille territorial comme le souhaite une très large majorité de nos concitoyens. Nous saluons un acte de courage politique pour faire bouger les lignes et moderniser l’organisation territoriale de notre pays.
Ainsi, les futures grandes régions seront mieux armées pour soutenir le développement économique et l’emploi et ainsi peser davantage dans la compétition économique mondiale. Les communautés de communes et d’agglomération seront également renforcées pour atteindre une taille suffisante qui leur permette d’assumer totalement les compétences qui leur sont confiées.
Tout cela va dans le bon sens.
S’agissant de l’avenir du Conseil général, nous sommes convaincus que le Département doit pouvoir continuer à défendre et développer l’espace rural.
À l’échelle du Lot-et-Garonne, le Département est le garant de la cohérence et de l’équité des politiques publiques conduites en matière d’aménagement du territoire, de solidarités humaines et de développement du tissu économique de proximité. Nous voulons continuer de construire une ruralité moderne, porteuse d’innovations et d’avenir. Le Lot-et-Garonne démontre tous les jours son dynamisme notamment en matière économique et touristique. Loin des postures idéologiques, nous combattrons avec la même énergie toutes les propositions qui aboutiraient à affaiblir l’espace rural.
Il ne faut pas aller contre le sens de l’histoire comme le fait malheureusement trop souvent l’opposition départementale. Il faut au contraire proposer et enrichir une réforme aujourd’hui indispensable. La majorité départementale apportera toute sa pierre à l’édifice dans l’intérêt du Lot-et-Garonne et des Lot-et-Garonnais.

Majorité départementale, Hôtel du Département 47922 Agen cedex 9
Tél. : 05 53 69 42 72 - lotetgaronnepourtous(at)cg47.fr

Opposition

C’était au mois de janvier, Pierre Camani faisait une fois de plus l’éloge du gouvernement socialiste, qui rétablissait le conseil général dans sa forme initiale et lui redonnait le pouvoir d’agir dans tous les domaines. Peu importe l’augmentation du nombre d’élus et le renoncement aux économies programmées, il fallait surtout ne rien changer !
Hélas, la débâcle des municipales allait pousser le gouvernement à changer son fusil d’épaule. François Hollande, fervent défenseur du département jusqu’en mars 2014, annonçait soudainement la fusion des régions et la suppression pure et simple des conseils généraux. Une annonce précipitée, sans concertation ni réflexion, et qu’il fallait malgré tout mettre en oeuvre.
Le résultat, c’est un découpage fantaisiste des nouvelles régions, fruit d’un arbitrage entre barons socialistes plutôt que d’une réelle vision à long terme des territoires. C’est aussi un département vidé peu à peu de ses compétences, et dont la suppression est renvoyée aux calendes grecques. C’est enfin, un objectif d’économies à 10 milliards d’euros qui ne sera jamais atteint parce que le Président n’a pas osé réformer en profondeur notre organisation territoriale.
Après nous avoir vendu, en 2013, une réforme du département qui n’avait de réforme que le nom. Après avoir tenté de faire passer pour une grande avancée démocratique un redécoupage des cantons à leur profit et un nouveau mode de scrutin alambiqué. Les socialistes lot-et-garonnais sont aujourd’hui contraints de changer de pied. Au risque de renier leurs engagements passés ! Tel est le cas du Président du Conseil général qui a toujours défendu la compétence générale du département avant de plaider, le 9 avril dernier, pour une clarification des compétences...
Au-delà des tergiversations d’une gauche aux abois, les élus de l’opposition départementale continuent de défendre la fusion du département et de la région, seule formule crédible pour réaliser des économies et pour que le Lot-et-Garonne redevienne une terre d’avenir.

Groupe de l’opposition L’Avenir ensemble
Tél. : 05 53 98 52 00 - alainmerly47(at)gmail.com

 


Mai 2014

(copie 14)

Majorité

À l’occasion des dernières élections municipales, nos concitoyens ont exprimé une profonde impatience de changement. Cette attente de résultats est légitime. Pour autant, le redressement économique et social de notre pays se gagnera tous ensemble.

L’heure n’est certainement pas aux polémiques politiciennes dans lesquelles la droite tente d’enfermer les débats. En cinq ans d’opposition, la droite départementale n’a jamais rien proposé de constructif. Son obstruction systématique est inutile aux Lot-e -Garonnais.

Pour nous sur le terrain, en prise directe avec les réalités, l’enjeu est ailleurs. Il est dans l’action et dans la prise en compte des besoins réels des Lot-et-Garonnais.
La majorité départementale est au travail pour améliorer les conditions de vie de tous nos concitoyens. Notre conception du Conseil général est très claire. D’un côté, il doit demeurer ce filet de sécurité contre les accidents de la vie, la précarité et la pauvreté qui touche les jeunes comme les retraités. De l’autre, nous devons continuer à investir pour aménager le territoire, développer les services publics de proximité et mieux soutenir les entreprises et l’emploi. Voilà notre cap. Il faut tenir bon !

Le budget départemental pour 2014 traduit cette feuille de route en actes concrets. Le maintien des aides aux communes, le renforcement des services publics de proximité, la construction des maisons de santé pour lutter contre la pénurie de médecins sont autant de mesures pour améliorer le quotidien des Lot-et-Garonnais. Dans le même temps, avec nos partenaires, nous continuerons à créer les conditions d’un renouveau économique pour aider les entreprises à innover, à se moderniser et à créer des emplois.

La majorité départementale n’a qu’un maître mot, l’action au service de tous les
Lot-et-Garonnais.

Majorité départementale, Hôtel du Département 47922 Agen cedex 9
Tél. : 05 53 69 42 72 - lotetgaronnepourtous(at)cg47.fr

(copie 13)

Opposition

« Tout va bien, tout va très bien », c’est le refrain entonné depuis deux ans par Pierre
Camani et sa majorité à l’égard de la politique du gouvernement. Une tentative bien maladroite de couvrir les errements et les échecs d’une politique que les Français viennent de sanctionner largement aux élections municipales. Depuis deux ans, ce gouvernement s’est montré incapable de réduire le chômage et de faire sortir le pays d’une crise qui le ronge inlassablement. Et depuis deux ans, la gauche départementale s’applique à soutenir cette politique déconnectée de la réalité des Français.
Pire, elle la copie ! Car la gauche départementale, au pouvoir depuis 2008, a été incapable de conduire une gestion rigoureuse du Conseil général. En six ans, la dette aura augmenté de 73 % ! Alors que dans le même temps, l’investissement aura, lui, baissé de 21 %. Une gestion catastrophique, à l’image de celle du gouvernement, dont les finances font désormais l’objet d’une surveillance renforcée de la Commission
européenne.
Tout cela nous concerne car il est question de l’avenir du Lot-et-Garonne et de ses habitants. Car cette dette que laissent grossir les socialistes, qui devra la payer sinon les Lot-et-Garonnais ? Qui subira la hausse des impôts locaux lorsque l’État réduira ses dotations et que le Département se trouvera exsangue ?
Loin de préparer l’avenir du Lot-et-Garonne, Pierre Camani et sa majorité préparent surtout l’avenir du Parti socialiste dans le département, ce que démontre notamment un nouveau découpage cantonal entièrement à leur avantage.
Les élus de l’opposition départementale ne sont pas dupes de ces manoeuvres et des auto-satisfecits d’une gauche qui n’a pas compris le malaise des Lot-et-Garonnais. Refusant de laisser le Conseil général devenir une simple chambre d’enregistrement
et de promotion des mesures gouvernementales, c’est un véritable projet d’alternance auquel nous travaillons actuellement. Un projet qui aura pour mots d’ordre le pragmatisme et l’ambition. Tout ce qui manque aujourd’hui à la gauche départementale.

Groupe de l’opposition L’Avenir ensemble
Tél. : 05 53 98 52 00 - alainmerly47(at)gmail.com

 


(copie 10)

Décembre 2013

(copie 12)

Majorité

Lors de la dernière session du Conseil général, la droite départementale s’est obstinée à stigmatiser notre jeunesse.
Ainsi, l’opposition a considéré avec mépris la Garantie jeunes mise en place sur notre département. En assimilant cette mesure à du « gavage de prestations sociales et d’emplois publics », en nous accusant d’apprendre à notre jeunesse à plus « tendre la main » « qu’à apprendre », les élus de droite ont montré le mépris qu’ils pouvaient avoir envers nos jeunes et surtout pour les plus défavorisés d’entre eux.

En réduisant cette mesure à de l’assistanat, la droite départementale démontre encore une fois son ignorance des dispositifs mis en place pour les jeunes et pour les entreprises afin de relancer l’activité et l’emploi. Au lieu de stigmatiser, les élus de droite gagneraient à travailler leurs dossiers.

La Garantie jeunes est un contrat gagnant-gagnant où le bénéficiaire s’engage à s’investir pleinement, à suivre un accompagnement personnalisé, à rechercher des opportunités d’emploi et à accepter les mises en situation professionnelles, ainsi qu’à déclarer chaque mois ses ressources d’activité.

Aussi, nous désapprouvons et condamnons la posture idéologique de l’opposition qui comme elle l’avait déjà fait lors du vote du budget a préféré fuir le débat et a quitté hémicycle. Ce départ est en vérité un mauvais coup politique et médiatique, préparé à l’avance, puisqu’un communiqué de presse avait été envoyé en amont aux journalistes.

Elle est aussi l’expression d’un double discours, qui consiste à condamner dans l’hémicycle des mesures départementales ou nationales tout en tentant de s’en approprier le bénéfice sur le terrain. Comment expliquer que des conseillers généraux d’opposition soutiennent globalement la Garantie jeunes lors des conseils d’administration des missions locales dont ils sont membres et la fustigent quelques jours plus tard au sein de l’hémicycle ?

Groupe de la majorité départementale, Hôtel du Département 47922 Agen cedex 9
Tél. : 05 53 69 42 72 - lotetgaronnepourtous(at)cg47.fr

(copie 11)

Opposition

Dans un débat démocratique, l’opposition doit être respectée.

Des écarts de langage inadmissibles ont émaillé notre dernière session budgétaire.
Un élu de la majorité s’est permis de faire un parallèle scandaleux entre les positions défendues par l’opposition et les idées « pas très saines » de l’extrême droite. Blessés dans leurs convictions républicaines et démocratiques, les élus de l’opposition ont quitté l’hémicycle. Mais cet incident ne doit pas occulter le fond du débat qui a opposé la droite et la gauche départementale.

Le fond du débat, c’est la « Garantie jeunes » créée par le gouvernement et que Pierre Camani veut expérimenter en Lot-et-Garonne. Elle consiste à donner une allocation de 433,75 € à des jeunes pour les aider à trouver un emploi. Les élus de l’opposition se sont opposés à cette mesure, non pas parce qu’ils sont contre la jeunesse comme veut le faire croire la majorité, mais parce qu’ils pensent qu’elle mérite mieux. Mieux qu’une simple prestation sociale qui a pour seul objectif d’en faire une clientèle électorale. Mieux qu’un simple effet d’annonce, qui occulte sans gêne le travail exceptionnel que réalisent déjà les missions locales et les structures d’insertion.

L’engagement politique demande courage et humilité. Les élus de l’opposition ont toujours assumé leurs choix, leurs idées, leurs responsabilités. Contrairement à ce que dit Pierre Camani, ils ne mènent pas une opposition systématique à la majorité et avancent des propositions concrètes pour améliorer la vie des Lot-et-Garonnais. C’est pourquoi ils ont défendu leurs convictions dans ce débat ; ils ne méritaient pas à ce titre d’être caricaturés comme ils l’ont été.

N’en déplaise à la majorité, les élus de l’opposition ont voulu faire entendre une voix différente, qui détonne avec l’autocélébration permanente de Pierre Camani. Mais au Conseil général, penser différemment du Président est un crime de lèse-majesté.

Groupe de l’opposition L’Avenir ensemble
Tél. : 05 53 98 52 00 - alainmerly47(at)gmail.com

 

(copie 1)


(copie 7)

Septembre 2013

(copie 9)

Majorité

Les jeunes sont les premiers et les plus touchés par la crise économique et sociale. Durant des années au pouvoir, la droite n’a cessé d’occulter ce problème et, ainsi, maintenu notre jeunesse dans une précarité inacceptable.

François Hollande a au contraire choisi de faire de la jeunesse sa priorité et d’agir avec détermination et pragmatisme pour lui garantir le meilleur avenir possible.

Notre majorité partage cette prise de conscience et soutient ainsi le Gouvernement dans sa volonté de donner un horizon aux jeunes lot-et-garonnais.

La « Garantie jeunes » est une nouvelle mesure permettant de lutter contre l’isolement et la grande précarité des moins de 25 ans. Ce dispositif leur permettra, par le biais d’un contrat d’engagement réciproque, de bénéficier d’un accompagnement vers l’emploi et l’autonomie. Ils pourront également prétendre à une allocation pendant les périodes sans emploi ni formation. Il s’agit véritablement d’une mesure gagnant-gagnant destinée à des jeunes désireux de voir leur situation s’améliorer. Ses modalités de mises en oeuvre reflètent l’équilibre qui anime la majorité départementale et nationale : une nécessaire solidarité envers les plus fragiles doublée d’une responsabilité légitime refusant l’assistanat et basée sur le contrat et la confiance en la jeunesse.

En Lot-et-Garonne, la mesure s’adresse dans un premier temps aux jeunes vivant sur le territoire marmandais. Elle devrait ensuite être étendue à l’ensemble du département. Le Lot-et-Garonne a été retenu parmi les 10 territoires pilotes par le Gouvernement pour bénéficier de ce dispositif. C’est la reconnaissance incontestable d’un travail collectif entre notre majorité, l’État et les acteurs de l’insertion et de l’emploi notamment les Missions locales.

Nous faisons plus que jamais confiance en la jeunesse car nous n’oublions pas qu’elle représente la France et le Lot-et-Garonne de demain.

Groupe de la majorité départementale, Hôtel du Département 47922 Agen cedex 9
Tél. : 05 53 69 42 72 - lotetgaronnepourtous(at)cg47.fr

(copie 8)

Opposition

Tout au long des congés d’été, les membres du gouvernement et les cadres du parti socialiste se sont exprimés sur la situation de la France. Et tout au long des congés d’été, les Français se sont légitimement interrogés : vivent-ils sur la même planète que nous ? Car à les entendre, la reprise est là, la production industrielle repart, la consommation reprend, la courbe du chômage va prochainement s’inverser. « Tout va très bien, Madame la Marquise... » Naïveté ou incompétence ? S’ils croient ce qu’ils disent, ils rêvent, mais s’ils ne le croient pas, ils mentent. Dans un cas comme dans l’autre, ils sont dangereux, car ils emmènent sans hésitation le pays dans le mur.

Hausses d’impôts sans commune mesure, explosion de l’insécurité encouragée par des discours laxistes, réformes coûteuses et inadaptées comme celle des rythmes scolaires (quand elles ne sont pas purement électoralistes, comme celle des modes de scrutins locaux)... Le gouvernement est déconnecté de la réalité et tente vainement de diluer les difficultés dans des artifices de communication dont nos concitoyens ne sont plus dupes.

Lucides, près des trois quarts d’entre eux affirment ainsi ne pas faire confiance au Président de la République. Eux ne vivent pas dans l’illusion, mais subissent la réalité au quotidien, confrontés aux effets conjugués d’une crise qui dure et d’une politique socialiste contre-productive.

La rentrée se profile déjà comme une nouvelle source de désillusion pour ceux qui croient encore aux engagements du candidat Hollande. La réforme des retraites va vraisemblablement déboucher sur une augmentation de la durée de cotisation et une hausse de la CSG. Le budget 2014 va sans aucun doute concrétiser des hausses d’impôts supplémentaires. La croissance et l’emploi semblent bien loin de remonter.

Loin des pirouettes gouvernementales et de l’enfumage présidentiel, les Français sont nombreux à réclamer maintenant ce changement qu’on leur promettait hier. On dirait bien, hélas, que ce n’est pas pour demain.

Groupe de l’opposition L’Avenir ensemble
Tél. : 05 53 98 52 00 / Fax : 05 53 98 52 09

 

(copie 1)


(copie 2)

Juin 2013

(copie 6)

Majorité

Avec plus de 350 millions d’euros de chiffre d’affaires et 5 600 emplois directs et indirects, le tourisme représente un facteur de développement économique essentiel pour notre département. Au coeur de la 3e région touristique française, le Lot-et-Garonne dispose d’atouts patrimoniaux, culturels, et paysagers majeurs qui sont à la fois une richesse et une fierté.

Dès 2008 nous avons souhaité apporter un soutien conséquent à cette filière qui participe au rayonnement du Lot-et-Garonne. La mise en place d’un nouveau réseau de signalisation touristique, l’aide apportée aux commerces de proximité et le développement du réseau des voies vertes sont autant d’actions que nous avons menées afin d’améliorer l’attractivité de tous les territoires.

Lors de la dernière session du Conseil général nous avons présenté un point d’étape du schéma de signalisation touristique voté en avril 2011. Ce plan d’actions a pour objectif principal d’améliorer la visibilité de notre patrimoine. Dès sa mise en place, les acteurs du tourisme lot-et-garonnais ont pu en mesurer les effets positifs sur leur activité.

Alors que ce projet avait été adopté à la quasi-unanimité, c’est avec un profond regret que nous avons constaté le refus de la droite départementale de prendre part au vote sur la poursuite de ce plan. Ainsi, l’opposition a préféré basculer dans la politique politicienne sur un sujet pourtant primordial pour notre économie et pour l’emploi. Comment comprendre que l’on puisse approuver un projet en 2011 et refuser de voter sa continuité deux ans plus tard ? Nous attendons toujours les contre-propositions de l’opposition, mais force est de constater qu’elles ne viennent jamais. Nous déplorons qu’une fois encore, les petits calculs électoralistes aient primé sur l’intérêt général.

Les campagnes et les bastides de Lot-et-Garonne nous offrent un patrimoine dont nous pouvons être fiers. Dans la période difficile que nous traversons, les enjeux sont bien trop importants pour que l’on hypothèque l’avenir de ce secteur économique.

Groupe de la majorité départementale
Tél. : 05 53 69 42 11 - lotetgaronnepourtous(at)cg47.fr

(copie 4)

Opposition

Le 21 mars dernier, Pierre Camani a présenté à l’assemblée départementale son projet de budget pour 2013. Pour toutes les collectivités, définir un budget en cette période de crise est un exercice délicat et le Conseil général de Lot-et-Garonne n’échappe pas à la règle.

En effet, les recettes n’augmentent pas. Elles auraient même plutôt tendance à diminuer, notamment à cause de décisions nationales. Les dotations de l’État aux collectivités vont ainsi être réduites de 4,5 milliards d’euros en 2 ans et ce n’est malheureusement qu’un début. Certaines voix s’élèvent maintenant au sein du Parti socialiste pour réclamer la suppression des droits de mutation, ce qui priverait encore le Conseil général d’une ressource importante.

Les dépenses, par contre, sont bien parties pour continuer d’augmenter avec le transfert aux conseils généraux de toutes les politiques liées au handicap, avec la réforme des rythmes scolaires, avec l’augmentation du RSA, et surtout, avec l’absence de solution pérenne pour le financement des prestations sociales et le report de la réforme de la dépendance.

Dans ce contexte budgétaire contraint, on aurait logiquement pu attendre de la majorité de Pierre Camani qu’elle traite les urgences, qu’elle réponde d’abord et avant tout aux attentes des Lot-et-Garonnais : économie, emploi, pouvoir d’achat… Pourtant, elle a choisi de concentrer son action sur des dossiers tels que le soutien aux « pâturages tournants dynamiques », l’approfondissement des « connaissances sur les zones humides », ou encore la « réactualisation de l’inventaire de la flore sauvage ». Nous n’aurons décidément jamais les mêmes priorités…

La gauche départementale a donc construit un budget 2013 totalement déconnecté de la réalité. Financièrement, il est la traduction de sa gestion calamiteuse. Idéologiquement, il est le reflet de son incapacité à construire pour le Lot-et-Garonne un projet cohérent et viable.

Groupe de l’opposition L’Avenir ensemble
Tél. : 05 53 98 52 00 / Fax : 05 53 98 52 09

 

(copie 1)


(copie 1)

Mars 2013

(copie 5)

Majorité

En 2008, le Lot-et-Garonne a choisi le changement en nous confiant la responsabilité du Conseil général. En confortant cette majorité trois ans plus tard, vous avez confirmé ce souhait de changement, préférant ainsi offrir au Lot-et-Garonne un projet créant les conditions d’une véritable solidarité territoriale et humaine.

En rassemblant les hommes nous avons eu à coeur de fédérer les territoires et de donner à chacune de nos actions locales une perspective départementale. Souvent décriée par l’opposition, cette stratégie porte ses fruits au quotidien. Aborder les problématiques avec une vision globale permet de trouver des solutions efficaces, pertinentes et qui répondent durablement à vos attentes. Gratuité des transports scolaires, rénovation des collèges, création de l’APA+, modernisation du réseau routier, soutien à l’économie et à l’agriculture locale, sont les symboles d’une action politique responsable et réfléchie. Notre logique reste celle de la solidarité, celle de l’action commune au bénéfice de tous les Lot-et-Garonnais. Il est de notre responsabilité de contribuer au développement de notre département, de le préparer à l’avenir.

C’est pourquoi chacune de nos actions vise à le rendre plus attractif, plus compétitif, plus juste avec pour objectifs majeurs, l’éducation, l’économie, le tourisme, l’agriculture, l’emploi et le développement de services publics de qualité.

Dans une période économique difficile, nous faisons le choix d’assumer toutes nos décisions politiques et de poursuivre nos actions de proximité. L’opposition, par idéologie, souhaite nous voir revenir sur l’ensemble de ces avancées, sans en mesurer les conséquences sur votre pouvoir d’achat, sur l’activité de nos entreprises et de nos agriculteurs. Fort de la confiance que vous nous accordez, nous nous engageons à poursuivre ces actions et continuer d’être à votre écoute, à votre service et à vos côtés.

Majorité départementale, Hôtel du Département 47922 Agen cedex 9
05 53 69 42 72, lotetgaronnepourtous(at)cg47.fr

 

(copie 3)

Opposition

En annonçant autoritairement sa réforme des rythmes scolaires, le gouvernement Ayrault a réussi l’exploit de se mettre tout le monde à dos : une majorité d’élus locaux, les syndicats d’enseignants et les fédérations de parents d’élèves. Pour tous, en effet, l’école française doit évoluer, mais le gouvernement choisit, une fois encore, d’agir sans préparation, sans concertation et sans financement.

Augmentation du coût des transports scolaires, des activités périscolaires, de la restauration, de la surveillance et de la sécurité aux abords des écoles… Au total, la facture s’élèverait à près de 600 millions d’euros, alors que le gouvernement s’engage sur un fonds d’aide qui n’atteint même pas la moitié de cette estimation ! Qui va payer ?

Les communes bien sûr, à qui l’État transfère ainsi des charges supplémentaires non compensées, tout en réduisant le niveau des dotations qu’il leur verse. Plus de dépenses, moins de recettes, le calcul est vite fait…

Les parents d’élèves et l’ensemble des contribuables, aussi : car comment les communes pourront-elles maintenir un service de qualité alors que leurs ressources sont attaquées ? Le choix sera simple : moins de service ou plus d’impôts ! Le gouvernement est en train, sans le dire, de créer une école à deux vitesses : les communes « riches » pourront financer du temps périscolaire pédagogique, tandis que les autres fourniront, au mieux, une simple garderie.

Les élèves eux-mêmes, surtout. Cette « refondation de l’école », essentiellement centrée sur la réforme des rythmes scolaires, est en décalage complet avec les besoins des élèves. La réussite scolaire, à l’école primaire notamment, passe d’abord par la maîtrise des bases de lecture, d’écriture et de calcul. À l’évidence, une demi-journée supplémentaire de cours ne suffira pas à répondre à cet enjeu majeur. Alors que le gouvernement revendique la jeunesse comme sa priorité, il ne propose à nos enfants que des demi-mesures, insuffisantes et inadaptées.

Groupe de l’opposition L’Avenir ensemble
Tél. : 05 53 98 52 00 / Fax : 05 53 98 52 09

 

(copie 1)


Décembre 2012

Groupe de la majorité

Majorité

Lors du premier trimestre de l’année 2012, notre majorité a fait voter à l’assemblée départementale un nouveau Programme départemental de l’insertion (PDI). L’objectif clairement affiché était de renforcer l’insertion professionnelle et l’accompagnement des bénéficiaires du RSA en adaptant leurs besoins aux spécificités de chaque territoire.

Au-delà de ces missions, nous avons également souhaité mettre en place une réelle politique de prévention afin d’anticiper l’entrée des enfants de bénéficiaires de RSA dans ce dispositif. Nous donnons à ces jeunes, déscolarisés et sans qualification, la chance d’intégrer des filières d’insertion professionnelles et par conséquent un accès à l’emploi.

La situation des jeunes vis-à-vis du chômage est une urgence sociale majeure. Dans notre département, les jeunes de moins de 25 ans représentent près de 17 % des demandeurs d’emploi. Les dispositifs de prévention et d’accompagnement de notre collectivité ne pouvaient suffire à eux seuls pour répondre à une problématique nationale.

Comme il s’y était engagé avant son élection, le Président de la République a fait de la jeunesse une grande cause nationale. Avec la création de 150 000 emplois d’avenir, le gouvernement fait la démonstration qu’il est possible de lutter concrètement contre le chômage. Ces emplois, destinés aux jeunes de 16 à 25 ans peu ou pas qualifiés, devront être une expérience professionnelle réussie afin d’accéder à un emploi durable.

La majorité départementale soutient ce dispositif et associera pleinement le Conseil général à cette politique. Ces emplois d’avenir seront couplés à une véritable formation qui pourra se concrétiser sous forme de tutorat. Des emplois devront être créés pour apporter des réponses concrètes immédiates pour les publics les plus en difficultés en cette période de crise économique majeure.

Associé à notre politique de prévention et d’insertion, le dispositif « emplois d’avenir » traduit la synergie d’action entre l’État et le Département. C’est en associant l’ensemble de nos forces que nous proposerons des solutions à la hauteur des exigences que doit tenir notre République.

GROUPE DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE

lotetgaronnepourtous(at)cg47.fr

Groupe de l'opposition

Opposition

Pendant toute sa campagne, François Hollande l’avait martelé : l’emploi étant la priorité des Français, ce serait aussi la sienne. Malheureusement, six mois après, il semble l’avoir oublié. Le chômage dans notre pays atteint des niveaux records. Les entreprises souffrent d’une concurrence internationale sans merci. Semaine après semaine, toutes les forces productives de France lancent des appels au secours.

Les premières réactions du gouvernement n’ont définitivement pas été à la hauteur des enjeux. En juillet, la majorité socialiste a supprimé la TVA sociale, transféré 13 milliards d’impôts sur les entreprises et refiscalisé les heures supplémentaires. En septembre et en octobre, elle a imposé des taxes sur les cessions d’entreprises, des taxes sur les travailleurs indépendants, des taxes sur les auto-entrepreneurs, des taxes sur les particuliers employeurs…

Pris d’un soudain éclair de lucidité, François Hollande vient tout à coup de découvrir la crise ! Il a donc commandé un rapport à Louis Gallois. Celui-ci reprend ou valide un nombre impressionnant de mesures prises par les gouvernements précédents et préconise un allégement de 30 milliards d’euros des cotisations sociales patronales et salariales. Si le nouveau gouvernement n’avait pas absurdement annulé toutes les décisions de la précédente majorité, le tiers du chemin serait déjà accompli !

Mais sous couvert d’une chasse aux « riches » ouvertement revendiquée, ce sont en réalité tous les Français qui vont payer, d’une manière ou d’une autre, les hausses et créations d’impôts destinées à financer les engagements intenables du candidat Hollande. Familles, entrepreneurs, professions libérales, retraités... Qui seront les prochaines victimes ? Impossible de le savoir, puisque, de couacs en reniements, la parole publique a perdu toute cohérence.

Dans ce contexte national à haut risque, il revient aux collectivités locales de défendre les intérêts de nos concitoyens. Pourtant, le Conseil général réduit les aides aux communes, annule des crédits d’investissement sur les routes, ne propose aucun projet d’avenir pour le Lot-et-Garonne. La majorité départementale montre hélas chaque jour qu’elle n’est pas prête à se dégager de son idéologie partisane pour assumer enfin ses responsabilités.

GROUPE D’OPPOSITION L’AVENIR ENSEMBLE

tél. : 05 53 98 52 00
Fax : 05 53 98 52 09